Nous autres les autres, déroutant et intéressant

Nous autres les autres, déroutant et intéressant

Des questions sur l’immigration, l’intégration et le Québec abordées sur scène au théâtre’ Oui, et c’est ce que propose le réalisateur Jean-Claude Coulbois avec ce Nous autres, les autres.

Le documentaire Nous autres, les autres s’ouvre sur la pièce Polyglotte d’Olivier Choinière, qui met en scène des immigrants lors d’une cérémonie de citoyenneté. Le ton est donné, Jean-Claude Coulbois va se pencher sur les nouveaux ou anciens arrivants au Québec, parfois même sur les enfants d’immigrants et, de là, poser aux spectateurs certaines questions sur notre identité. Car, au fil du long métrage, on va faire la connaissance d’«étrangers» ayant choisi la scène pour s’exprimer et partager leurs réalités.

Déroutant’ Oui. Car le cinéaste nous plonge dans un univers (le théâtre expérimental, le spectacle extrêmement personnel d’un humoriste, etc.), qui ne nous est pas familier. Déroutant aussi parce que les Mani Soleymanlou, Olivier Kemeid, Sasha Samar et Emmanuel Schwartz nous entraînent dans leurs réflexions sur leur culture et leurs expériences d’intégration.

Confrontés à ces regards de «l’autre», nous prenons alors conscience de certaines réalités.

«Le geste de toute immigration est de se rebâtir», analyse finement Olivier Kemeid, dramaturge et metteur en scène, né en sol fleurdelisé de parents égyptiens. Sasha Samar, originaire d’Ukraine, tente de comprendre comment son histoire, dont il explique des bribes, sera déformée par ceux qui la raconteront à leur tour.

Jean-Claude Coulbois pense aussi à nous entraîner dans les coulisses des créations des cinq hommes de théâtre qu’il suit dans Nous autres, les autres. Ainsi, Mani Soleymanlou explique la manière dont il a procédé à l’attribution des rôles de sa pièce Trois, présentée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

«En faisant le casting, je voulais que ceux qui participent à Trois s’investissent dans le projet, qu’ils parlent d’eux. […] J’ai écrit un questionnaire avec des questions très précises, ça partait de « Quel est votre nom' », « Où êtes-vous né' » à « C’est quoi l’identité pour vous », […] « C’est quoi le référendum' », « C’est quoi, pour vous, le nationalisme, le fédéralisme, etc. »», détaille-t-il.

En écoutant et en regardant tous ces questionnements, nous en venons, subtilement, à nous faire les mêmes réflexions, à creuser en nous pour tenter d’explorer – et de définir – notre identité. Parfois, l’autre nous sert de miroir de nous-mêmes, et c’est ce que parvient à faire Nous autres, les autres avec beaucoup d’intelligence.

Note: 3 sur 5

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire