Ottawa approuve les projets de pipeline au cas par cas

Ottawa approuve les projets de pipeline au cas par cas

OTTAWA – L’approbation par le gouvernement Trudeau du projet de gaz naturel liquéfié en Colombie-Britannique ne signifie pas pour autant qu’Ottawa donnera son aval à tous les projets de pipeline, prévient le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr.

«Chaque projet a ses propres nuances et ses propres défis», a précisé le ministre, mercredi. Ce dernier réagissait au fait que le gouvernement a donné le feu vert, mardi, au projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Pacific NorthWest LNG, assorti de 190 conditions contraignantes.

Le ministre a défendu cette décision controversée et donné en exemple le projet de pipeline de la société Kinder Morgan dans l’Ouest en soutenant qu’il «sera évalué sur la base de ses mérites».

«Il n’y a pas de lien entre ces projets. L’évaluation environnementale est claire et le sera», a-t-il indiqué.

Si les conservateurs ont accueilli favorablement l’appui du gouvernement au projet de Pacific NorthWest LNG, ils somment maintenant le premier ministre de le mener à terme.

«Maintenant qu’il est approuvé, (le premier ministre) doit parler de l’importance des emplois qui y sont liés. Cette compagnie pourrait très bien s’en aller et ne jamais construire ce projet, parce que le prix du gaz est bas», a déclaré la chef conservatrice par intérim, Rona Ambrose.

Le NPD reproche pour sa part au gouvernement Trudeau d’avoir approuvé un projet qui aura pour effet de hausser les émissions de gaz à effet de serre avant même de s’être doté d’un plan canadien pour réduire ces émissions comme il s’est engagé à le faire.

«Comme préalable à toute discussion sur tout oléoduc ou pipeline, que ce soit Énergie Est, que ce soit Kinder Morgan, que ce soit celui dont on parle dans ce parc en Colombie-Britannique, pour pouvoir parler de quelque oléoduc ou pipeline que ça soit, il faut que le Canada ait déjà en place un plan pour intégrer les coûts environnementaux et pour réduire les gaz à effet de serre. Or, on n’en a pas», a déploré le chef sortant du NPD, Thomas Mulcair.

Le chef par intérim du Bloc québécois, Rhéal Fortin, estime aussi que l’approbation du projet en Colombie-Britannique «va à l’encontre des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre» pris par le Canada dans le cadre de l’accord de Paris.

La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, a rétorqué que le gouvernement avait pris des mesures pour atténuer les émissions liées à ce projet. «C’est certain que chaque projet doit faire partie de notre plan sur les changements climatiques. On développe le plan et on a toujours dit qu’on va faire ça avec les provinces et territoires. (…) Le plan va être fini cet automne», a-t-elle précisé et doit inclure un prix sur le carbone.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire