Ottawa va modifier la loi qui encadre les centres d’injection supervisée

Ottawa va modifier la loi qui encadre les centres d'injection supervisée

OTTAWA |  Dès lundi, la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, va proposer une loi qui devrait faciliter l’implantation de centres d’injection supervisée dans le pays, a rapporté le «Globe and Mail».

Cette décision a été prise après l’annonce de la Colombie-Britannique d’ouvrir plusieurs sites sans l’approbation du gouvernement fédéral. Ils offriront des fournitures propres pour réduire les risques de transmissions de maladies et le personnel sur place pourra administrer de la naloxone, le principal antagoniste des récepteurs de la morphine, en cas de surdose.

La province fait en effet face à une augmentation des décès dus à la surconsommation de drogues. Depuis le début de l’année, 622 personnes sont mortes de surdose.

Le carfentanil, un opioïde encore plus toxique que le fentanyl qui fait déjà des ravages en Colombie-Britannique, a été détecté dans trois provinces, créant un sentiment d’urgence.

Actuellement, la loi qui encadre les salles d’injection mise en place sous le gouvernement Harper exige de vastes consultations communautaires, une collecte de données sur la criminalité et un contrôle du casier judiciaire des employés remontant à 10 ans.

Les amendements à cette loi portés par les libéraux ne sont pas encore connus.

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement libéral revoit des lois concernant l’usage des drogues. Il s’apprête d’ailleurs à présenter son projet de loi encadrant la légalisation de la marijuana en 2017.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire