Partagé une photo de son sein dit $ 35000

Partagé une photo de son sein  dit $ 35000

Une jeune femme dans la vingtaine à St. Albert Centre – du – Québec, Maggy Saint- Martin, partagée, malgré lui, la photo de ses nouveaux implants mammaires, et elle prétend $ 35,000 individuelle ‘ s

VICTORIAVILLE – Une jeune femme dans la vingtaine de Saint-Albert, dans le Centre-du-Québec, Maggy Saint-Martin, a partagé, bien malgré elle, la photo de ses nouveaux implants mammaires et elle réclame 35 000 $ à l’individu à l’origine de cet incident.

En juin 2012, elle a subi une chirurgie pour augmenter le volume de sa poitrine. Elle s’est prise en photo après l’intervention chirurgicale. La photo était enregistrée sur son téléphone portable. À cette époque, elle travaillait dans une boutique Bell Mobilité à Victoriaville.

Dans son action déposée à la chambre civile de la Cour du Québec, elle prétend qu’à la boutique, elle déposait son téléphone sous le comptoir lors de ses quarts de travail. Frédéric Poulin, un collègue de travail, aurait vu la photo et l’a envoyée à ses connaissances avec la mention de la partager.

Elle n’en savait rien. Le 20 octobre 2012, la plantureuse jeune femme se trouvait au complexe L’Évasion à Victoriaville en compagnie de celle qui allait devenir la voleuse la plus sexy de la planète, soit Stéphanie Beaudoin. Un jeune homme n’ayant pas froid aux yeux a demandé à Maggy s’il pouvait voir ses nouveaux seins.

Stéphanie Beaudoin, la «cambrioleuse sexy», fait partie des témoins de la jeune femme. Photo Yves Charlebois / Agence QMI

Insultée par cette demande, elle a refusé. Mais c’est là qu’elle a appris par cet individu qu’une photo de ses attributs avait déjà fait le tour de la ville par l’entremise des réseaux sociaux.

Dans le dossier du tribunal, on apprend que la jeune femme prévoit faire entendre 19 témoins tandis que celui qui est visé par la poursuite, Frédéric Poulin, prévoit faire entendre 21 personnes.

Le juge Pierre Labbé de la chambre civile a fixé la prochaine audition en juin 2015 où l’on décidera de la date d’un procès si, d’ici là, on ne s’entend pas sur un règlement.

La jeune femme de Saint-Albert travaille maintenant comme barmaid dans un bar de la région de Magog.

Aussi sur Canoe.ca

Cliquez sur «J’aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire