Postes Canada accepte le prolongement de 30 jours

Postes Canada accepte le prolongement de 30 jours

OTTAWA Postes Canada acquiesce à la demande du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes et accepte de lui accorder une «période de réflexion» de 30 jours durant laquelle des négociations intensives auront lieu. 

Le Syndicat souhaite que les dispositions actuelles de la convention soient prolongées au cours de cette période. En «gage de bonne volonté», il offre de retirer la plainte de pratique déloyale de travail qu’il a déposée contre Postes Canada.

Selon le STTP, une telle initiative permettrait de rassurer la population à savoir qu’elle peut utiliser le service postal sans s’inquiéter.

«Au lieu de négocier avec nous de manière équitable, Postes Canada s’est consacrée à faire peur aux entreprises et à la population en faisant planer la menace d’un conflit de travail», explique Mike Palecek, président national du STTP.

«Elle doit laisser tomber cette stratégie et se rasseoir à la table de négociation avec nous.»

Jeudi, le STTP a rejeté une demande de la ministre fédérale de l’Emploi, du Développement de la main-d’oeuvre et du Travail, MaryAnn Mihychuk, de soumettre les négociations à un processus d’arbitrage. Postes Canada s’est de son côté dite prête à y participer.

Postes Canada a prolongé jusqu’à lundi la période de préavis au-delà de laquelle la société mettra fin aux modalités de la convention collective. Le Syndicat craint qu’un lock-out soit décrété à ce moment.

Plusieurs points de la convention collective sont toujours en litige, dont les salaires et le régime de retraite. 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *