Prisonnier de son corps il lance une campagne de financement pour obtenir un bras robotisé

Prisonnier de son corps il lance une campagne de financement pour obtenir un bras robotisé

Un Saguenéen atteint d’une grave maladie dégénérative a lancé une campagne de financement pour se procurer une invention québécoise qui pourrait changer sa vie.

François Goupil est né avec la dystrophie musculaire de Duchenne. Aujourd’hui, il est prisonnier de son propre corps. Cloué à son fauteuil roulant, il ne peut pratiquement rien faire seul.

«J’ai arrêté de marcher à l’âge de 11 ans. Progressivement est venu le fauteuil, l’opération dans la colonne», a confié François Goupil.

Très tôt, il a su que sa vie ne serait pas comme celle des autres.

«C’est une maladie qui attaque les muscles, la respiration, le coeur, et l’espérance de vie est réduite», a-t-il précisé.

Chaque geste, même le plus anodin, est pratiquement impossible pour lui.

«Si ma tête pique, je ne peux pas me gratter, a indiqué François Goupil. Il faut déposer mes mains sur les objets. Le clavier, la souris, ça va encore. La manette de la chaise aussi. Mais si on lève mon bras et on le laisse tomber, il tombe.»

Mais un instrument pourrait changer la vie de François: un bras robotisé, fabriqué au Québec, qui se fixe sur le fauteuil roulant et qui lui redonnerait une certaine autonomie.

«Tu peux te gratter, ramasser un crayon par terre. Juste aller chercher une feuille dans l’imprimante, je ne peux pas présentement», a dit François Goupil.

Mais cette solution vers une plus grande liberté coûte près de 50 000$ et n’est pas couverte par la Régie de l’assurance maladie du Québec. François Goupil a donc lancé une campagne de financement pour laquelle plusieurs Saguenéens ont déjà offert leur aide.

«On va faire des soupers spaghetti, un humoriste de Dolbeau fera un spectacle pour moi», a souligné François Goupil.

Il pense toutefois que le gouvernement devrait payer pour ce type d’équipement parce qu’il pourrait permettre d’économiser en mesures de soutien.

«C’est comme redonner des yeux à un aveugle», a-t-il dit.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire