Processus Boisbriand la crédibilité d’un témoin interrogé

Processus Boisbriand  la crédibilité d'un témoin interrogé

La crédibilité d ‘ un de témoin important a été interrogé jeudi dans le processus de l ‘ ancien maire de Boisbriand.

La crédibilité d’un témoin majeur a été mise en doute, jeudi, au procès de l’ancien maire de Boisbriand.

L’ancien consultant Gilles Cloutier, qui avait admis avoir menti devant la commission Charbonneau au printemps 2013, a vu ressurgir ses vieux démons, jeudi, lors du procès de l’ex-maire de Boisbriand, Robert Poirier, accusé de fraude et de complot aux côtés de l’ancienne vice-présidente de la firme Roche, France Michaud, et de l’ex-ingénieur de BPR, Rosaire Fontaine.

En contre-interrogatoire, les avocats de la défense ont clairement indiqué leur intention d’attaquer la crédibilité de M. Cloutier, l’un des témoins clefs de la Couronne.

Plusieurs versions

«On veut établir le pattern d’un menteur pathologique […]. Sa crédibilité, on va la plaider ad nauseam», a prévenu jeudi Me Luc Carbonneau, l’avocat de M. Poirier.

Son homologue Me Charles Levasseur, qui représente Mme Michaud, a confronté Gilles Cloutier aux différentes versions qu’il a livrées depuis 2010 devant plusieurs instances.

Il a par exemple expliqué la semaine dernière avoir remis, pour les élections municipales de Boisbriand en 2002, entre 20 000 et 25 000 $ comptant à l’organisateur politique du maire Poirier.

Il évaluait pourtant cette somme à 15 000 $ au printemps 2012, lorsqu’il a été interrogé par le Directeur général des élections. Et avait encore affirmé «ne pas se souvenir du tout des montants» deux ans plus tôt, lors d’une déclaration assermentée aux policiers de l’escouade Marteau.

Trop d’enveloppes

«C’est possible que j’aie dit ça, a répliqué le témoin. Il y a eu tellement d’enveloppes d’argent dans plein de villes en période électorale», a-t-il poursuivi, soulignant à l’avocat que les faits remontaient à plus de 10 ans. «J’essaie de vous répondre le plus logiquement», a-t-il ajouté.

Me Levasseur a exposé d’autres exemples démontrant que M. Cloutier avait déjà changé son témoignage par le passé. «Il implique quelqu’un dans la commission d’un acte criminel et quand il est contre-interrogé, il n’est plus sûr et il recule», a-t-il relevé au juge.

«Sa crédibilité et la fiabilité de ce qu’il a dit vont devenir des enjeux majeurs», a par ailleurs averti l’avocat.

La défense poursuivra son contre-interrogatoire vendredi.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire