Production à la baisse pour Dylan Larkin

Production à la baisse pour Dylan Larkin

DETROIT | Étincelant à ses débuts avec les Red Wings de Detroit, Dylan Larkin n’est plus l’ombre de lui-même cette saison, sa deuxième dans la LNH.

S’il fait scintiller la lumière rouge à un rythme avoisinant celui de l’an dernier, le jeune américain accuse 13 points de retard sur sa production d’il y a un an.

À pareille date l’hiver dernier, Larkin affichait un dossier de 14 buts et 16 passes en 43 rencontres. Après le même nombre de matchs, il montre, cette fois, une fiche de 11buts et 5 passes.

Mais la statistique la plus inquiétante se trouve au niveau du différentiel, où il est passé de +23 à -17. Un sommet de médiocrité chez les Wings. Dans le circuit, il n’y a que Damon Severson, des Devils (-26), et Tyson Barrie, de l’Avalanche (-24), qui ont fait pire.

Difficile, la vie de centre

Le fait que Jeff Blashill l’ait muté au centre, sa position naturelle, semble être la principale cause de cette dégringolade.

«Ce n’est pas évident de jouer au centre dans cette ligue, a reconnu le principal intéressé, en entrevue avec le Journal de Montréal. Tu es appelé à affronter une tonne de bons joueurs. Alors, il n’est pas évident de trouver de l’espace pour manoeuvrer.»

«Remporter des mises en jeu représente également un grand défi. Ça n’a rien à voir avec les autres ligues», a-t-il ajouté.

Avec un pourcentage d’efficacité de 44,3%, on comprend que le jeune homme a encore des croûtes à manger.

Même discours que Therrien

D’ailleurs, dans le but de redonner confiance à son joueur de 20 ans, l’entraîneur des Red Wings l’a ramené à l’aile droite, samedi soir, lors de la visite des Penguins.

Position qu’il devrait occuper de nouveau lundi après-midi contre le Canadien.

«Comme toutes les autres équipes, nous sommes très exigeants envers nos joueurs de centre. Ils doivent exceller des deux côtés de la patinoire. C’est une tâche très difficile, à 20 ans, au sein d’une équipe qui veut gagner tous les soirs», a déclaré Blashill, dans un plaidoyer ressemblant à celui de Michel Therrien lorsqu’il était question d’Alex Galchenyuk.

«Je sais qu’il deviendra un bon joueur de centre. Mais pour l’instant, avec (Henrik) Zetterberg, (Frans) Nielsen, (Riley) Sheahan et (Luke) Glendening, je peux miser quatre bons joueurs de centre et permettre à Larkin de jouer un rôle dans lequel il est plus confortable à l’aile», a analysé le pilote de 43 ans.

Zetterberg garde confiance

En 13 saisons et demie à Detroit, Zetterberg en a vu passer des jeunes joueurs. Et à son avis, la saison que connaît Larkin n’est pas si catastrophique.

«Il faut bien commencer quelque part. Personnellement, je trouve qu’il s’est bien débrouillé au centre, même si ses statistiques sont à la baisse. En même temps, c’est normal d’afficher de moins bonnes statistiques lorsque tu dois apprivoiser certaines responsabilités défensives.»

Compagnon de trio du jeune homme la saison dernière, le capitaine des Red Wings croit que son coéquipier est peut-être victime de ses succès.

«Le problème, c’est que personne ne s’attendait à le voir réaliser ce qu’il a fait l’an dernier. Il a connu une saison incroyable, a rappelé le Suédois soutenant que les attentes étaient peut-être plus élevées qu’elles n’auraient dû l’être à son endroit.

Un record qui ne tiendra pas

En réalité, la baisse de régime de Larkin est notable depuis la mi-saison de 2015-2016. Après une première moitié de saison fulgurante, il avait clos le calendrier avec 15 points (9 buts, 6 passes) à ses 37 derniers matchs.

Il avait tout de même eu le temps de représenter la division Atlantique lors du week-end des étoiles. Festivités au cours desquelles il avait remporté le titre de patineur le plus rapide en fracassant le record établi par Mike Gartner, 20 ans plus tôt.

Le détenteur du record n’aura pas l’occasion de défendre son titre. D’ailleurs, il est persuadé que sa marque ne tiendra pas aussi longtemps que celle de son prédécesseur.

«Connor McDavid va battre mon record dès cette année, a-t-il lancé sans la moindre hésitation. Pour ma part, de la façon dont les choses se déroulent, et avec ma participation à la Coupe du monde, un congé de quatre ou cinq jours ne sera pas de trop.»

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire