Projet controversé à Charlesbourg

Projet controversé à Charlesbourg

Des citoyens de Charlesbourg, appuyés par leur conseil de quartier, montent aux barricades pour s’opposer à la destruction d’une forêt, planifiée par la Ville de Québec, afin de construire 86 nouvelles résidences.

Le futur ensemble résidentiel, qui suscite la grogne des résidents de la rue Dorval, doit voir le jour à l’ouest de l’autoroute Laurentienne et de la rue Sherwood, près du CLSC La Source (Nord) et du restaurant Les Frères Toc.

« On donne notre avis et, la plupart du temps, on n’en tient pas compte. C’est un peu désolant. Les gens sont un peu blasés et cyniques. » Denis Béland, président du conseil de quartier de Notre-Dame-des-Laurentides

Les détails ont été communiqués aux citoyens concernés mercredi dernier par un urbaniste de la Ville de Québec, lors d’une séance du conseil de quartier de Notre-Dame-des-Laurentides.

Les citoyens présents, voisins du futur ensemble, ont été outrés d’apprendre que les promoteurs risquent d’abattre la totalité des arbres sur le lot visé. «Ça va être une coupe à blanc essentiellement. Les lots sont assez petits, donc ça doit être assez difficile d’opérer de la machinerie sans couper tous les arbres», se désole le président du conseil de quartier, Denis Béland.

Certains résidents craignent aussi de devoir débourser plusieurs milliers de dollars pour des murs de soutènement à l’extrémité de leur terrain.

Problèmes de circulation

Johanne Lavallée, une citoyenne engagée qui a déjà présidé le conseil de quartier redoute surtout l’impact d’un tel projet sur la fluidité du trafic dans le secteur. «Les citoyens qui habitent là, ils attendent jusqu’à cinq minutes pour être capables de s’engager sur Henri-Bourassa le matin. Ça va être encore plus difficile de circuler dans ce coin-là.»

Le conseil de quartier s’est rangé officiellement derrière les citoyens en s’opposant à la demande de dézonage. Avec son statut d’organisme consultatif, il n’a toutefois aucun pouvoir d’annuler la décision qui risque d’être entérinée le 27 septembre lors d’une séance du conseil d’arrondissement de Charlesbourg. Des citoyens promettent de s’y rendre en grand nombre pour manifester leur opposition.

Photo d’archives

Denis Béland

Le projet de règlement ne sera pas non plus soumis à un processus d’approbation référendaire, ce qui ajoute à la frustration des résidents. «On demande leur avis aux citoyens, mais tout est déjà décidé. En tout cas, je ne vois aucune logi­que de détruire notre environnement», peste Rolland Perron, un résident de la rue Dorval.

«Ça n’a pas de bon sens de raser une forêt pour construire 80 maisons alors qu’on est actuellement dans un marché d’acheteurs», renchérit Mme Lavallée.

«Ça s’est discuté et planifié à un niveau supérieur pour un plan d’ensemble de la grande région de Québec. C’est clair que le citoyen n’a pas voix au chapitre à ce moment-là», soupire M. Béland, qui a peu d’espoir d’émouvoir le conseil d’arrondissement et le conseil de Ville.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire