Rambo Gauthier, le Québec s’en va vers une guerre civile

Rambo Gauthier, le Québec s'en va vers une guerre civile

QUÉBEC – Bernard «Rambo» Gauthier prédit une «guerre civile» si les libéraux continuent de gouverner le Québec et craint les «envahisseurs» et les accommodements.

Le coloré syndicaliste de la Côte-Nord se lance officiellement dans l’arène politique pour le parti Citoyens au pouvoir. Déçu du Parti québécois, il compte ravir le siège de la députée péquiste Lorraine Richard aux prochaines élections générales de 2018 dans la circonscription de Duplessis.

Anti-establishment, Bernard Gauthier estime que le Québec s’en va droit dans le mur. «L’élite» qui dirige la province étouffe la classe moyenne et les travailleurs avec ses politiques d’austérité, insiste-t-il.

«Si on ne se réveille pas et on continue de se laisser endormir par ça, tantôt il va être trop tard, il n’y aura plus grand-chose à faire, ça va peut-être bien se terminer par une guerre civile, on ne le sait pas. Je ne suis pas paranoïaque, mais je veux l’éviter ça moi. On a une belle province, on est dans un endroit démocratique supposément, mais là, c’est plus ça, tout aux plus riches et rien aux plus pauvres, il faut que ça arrête ça ostie!»

Rien ne va plus avec la politique d’immigration du Québec, plaide le représentant syndical du local 791 de la FTQ-Construction. «J’ai toujours dit, il faut faire l’effort de réfléchir pour prendre soin de nos gens, avant de penser à prendre soin des gens qui arrivent de l’extérieur, ça va pas ben au Québec».

Il se fait le porte-parole de la classe moyenne, des ouvriers de l’extérieur des grands centres.

«C’est épeurant pour les gens des régions ce qui se passe en ville, ça nous fait peur, c’est effrayant, on voit ça les accommodements, les si pis les ça, on ne sait pas trop si c’est bon ou pas bon, mais c’est effrayant pour nous autres. On en veut pas de ça, des piqueries pis des gangs de rue!»

Selon lui, on ne fait pas suffisamment de place aux peuples autochtones, qui étaient là bien avant nous. «Les Québécois de souche ont des racines en dessous d’eux autres, qui s’appellent les Premières nations, pis faut pas les oublier, moi je dis, sans aller trop loin que tantôt, on va avoir besoin d’eux autres parce que si jamais l’envahisseur est trop envahissant, on aura pas le choix de se virer vers les Premières nations».

Étiquettes :

Laisser un commentaire