Robitaille prêt à construire son hôtel dans la côte d’Abraham

Robitaille prêt à construire son hôtel dans la côte d'Abraham

S’il n’en tenait qu’au promoteur Jacques Robitaille, le projet d’hôtel sur le terrain vague de la côte d’Abraham se mettrait en branle très prochainement.

«En temps normal, c’est supposé être un projet qui va avoir lieu incessamment», a confié au Journal l’avocat de M. Robitaille, William Noonan.

Me Noonan a représenté le propriétaire des Hôtels Jaro dans la contestation des amendes imposées par la Ville pour stationnement illégal sur son terrain de la côte d’Abraham.

Il est aussi chargé de discuter des questions réglementaires avec la Municipalité pour le projet d’hôtel qui est dans les cartons depuis des années et qui a fait s’impatienter le maire Régis Labeaume à plusieurs reprises.

Le propriétaire a soumis il y a quelques semaines une demande de permis pour son projet d’édifice.

Celui-ci doit avoir une dizaine d’étages et comprendre aussi des logements et des commerces. Il se conformera à la réglementation de zonage en vigueur, sur la hauteur notamment, affirme Me Noonan.

Attente du permis

On en est à l’étape des discussions «pointues» avec la Ville, indique l’avocat, et tout dépend maintenant du traitement de la demande par la machine administrative.

«Ils ont une demande de permis entre les mains. Elle est sous étude. On aura des discussions autour de tout ça. (…) L’intention de M. Robitaille, c’est que dès que le permis est émis, il a l’intention de commencer son projet.»

Tout dépendant des questions logistiques, cela pourrait donc se faire d’ici quelques semaines, ou au plus tard au printemps prochain, laisse-t-il entendre.

«On a des conditions hivernales. Je ne sais pas si M. Robitaille va vouloir commencer pendant l’hiver ou s’il va attendre au dégel.»

Pas en réaction

William Noonan assure que ce n’est pas en réaction à la récente sortie du maire de Québec qui veut plus de pouvoirs d’expropriation que le groupe de M. Robitaille a voulu accélérer les discussions.

Le Journal a joint Jacques Robitaille qui a décliné notre demande d’entrevue.

Un terrain vague qui dérange
Le stationnement illégal a été fermé en 2014 à la suite d’un gain de la Ville devant la Cour suprême.
Le maire de Québec avait alors une première fois menacé d’exproprier le promoteur.
En septembre dernier, la Ville avait identifié le terrain de M. Robitaille comme l’un des lots qu’elle voudrait exproprier et revendre à un promoteur prêt à construire

Laisser un commentaire

Robitaille prêt à construire son hôtel dans la côte d’Abraham

Robitaille prêt à construire son hôtel dans la côte d'Abraham

S’il n’en tenait qu’au promoteur Jacques Robitaille, le projet d’hôtel sur le terrain vague de la côte d’Abraham se mettrait en branle très prochainement.

«En temps normal, c’est supposé être un projet qui va avoir lieu incessamment», a confié au Journal l’avocat de M. Robitaille, William Noonan.

Me Noonan a représenté le propriétaire des Hôtels Jaro dans la contestation des amendes imposées par la Ville pour stationnement illégal sur son terrain de la côte d’Abraham.

Il est aussi chargé de discuter des questions réglementaires avec la Municipalité pour le projet d’hôtel qui est dans les cartons depuis des années et qui a fait s’impatienter le maire Régis Labeaume à plusieurs reprises.

Le propriétaire a soumis il y a quelques semaines une demande de permis pour son projet d’édifice.

Celui-ci doit avoir une dizaine d’étages et comprendre aussi des logements et des commerces. Il se conformera à la réglementation de zonage en vigueur, sur la hauteur notamment, affirme Me Noonan.

Attente du permis

On en est à l’étape des discussions «pointues» avec la Ville, indique l’avocat, et tout dépend maintenant du traitement de la demande par la machine administrative.

«Ils ont une demande de permis entre les mains. Elle est sous étude. On aura des discussions autour de tout ça. (…) L’intention de M. Robitaille, c’est que dès que le permis est émis, il a l’intention de commencer son projet.»

Tout dépendant des questions logistiques, cela pourrait donc se faire d’ici quelques semaines, ou au plus tard au printemps prochain, laisse-t-il entendre.

«On a des conditions hivernales. Je ne sais pas si M. Robitaille va vouloir commencer pendant l’hiver ou s’il va attendre au dégel.»

Pas en réaction

William Noonan assure que ce n’est pas en réaction à la récente sortie du maire de Québec qui veut plus de pouvoirs d’expropriation que le groupe de M. Robitaille a voulu accélérer les discussions.

Le Journal a joint Jacques Robitaille qui a décliné notre demande d’entrevue.

Un terrain vague qui dérange
Le stationnement illégal a été fermé en 2014 à la suite d’un gain de la Ville devant la Cour suprême.
Le maire de Québec avait alors une première fois menacé d’exproprier le promoteur.
En septembre dernier, la Ville avait identifié le terrain de M. Robitaille comme l’un des lots qu’elle voudrait exproprier et revendre à un promoteur prêt à construire

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire