Satisfaites que le jeune qui a tué leur frère ait écopé d’une peine pour adulte

Satisfaites que le jeune qui a tué leur frère ait écopé d'une peine pour adulte

Contrairement à beaucoup de Québécois, la famille d’un homme abattu devant chez lui croit maintenant en la justice. Un jeune homme vient d’écoper de la prison à vie pour ce meurtre.

Gordy Joseph a récemment été trouvé coupable du meurtre prémédité d’Yvon Lafond, tué en 2013. Âgé de 17 ans à l’époque, l’accusé a été assujetti à une peine pour adulte à la fin du mois dernier, au Tribunal de la jeunesse.

«Les gens se plaignent souvent qu’il n’y a pas de justice au Québec. Mais notre cas montre que chaque geste a des conséquences, dit Jade Roussel-Lallemand, la s’ur de la victime. Et que ce n’est pas parce que tu es mineur que tu vas t’en sortir.»

L’homme de 31 ans a été tué devant sa résidence de L’Assomption le soir du 28 juin 2013. Père d’un garçon d’un an et demi au moment du drame, il revenait du travail lorsqu’il a été attaqué. Il venait de lancer une entreprise d’entretien de pelouse avec son frère.

Gordy Joseph a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans (contrairement à 25 ans pour les adultes).

«On a eu peur qu’il ne soit pas jugé comme un adulte. Ç’aurait été choquant parce qu’il s’agit d’un crime très violent», estime la s’ur de la victime.

«Il ne s’agit pas d’un accident. On ne lui a laissé aucune chance», ajoute la cadette de Jade, Crystel.

Les jeunes femmes de 18 et 19 ans en veulent d’ailleurs à Gordy Joseph pour ce crime «gratuit et brutal».

«Il est entré dans nos vies sans nous demander la permission, il nous a brisées. Il nous a enlevé notre frère, il a enlevé un père à un jeune enfant», laisse tomber Jade.

Peu après le drame, certains avançaient qu’Yvon Lafond avait été victime d’un règlement de compte lié au crime organisé. Une information que refusent de croire ses s’urs.

«Si mon frère trempait dans des affaires croches, on ne le sait pas. Je n’ai jamais eu l’impression qu’il avait peur pour sa vie», soutient Jade.

Depuis le meurtre, les jeunes femmes font tout pour que leur frère ne tombe pas dans l’oubli. Dans leur logement, plusieurs photos d’Yvon Lafond et de sa famille décorent les murs.

«Ainsi on pense à lui tous les jours», dit Crystel.

Les s’urs se souviennent d’ailleurs de la dernière fois qu’elles ont vu leur grand frère, quatre jours avant sa mort. La famille était réunie et il avait demandé à chacun son rêve le plus cher, leur promettant ensuite qu’il allait tout faire pour le réaliser. Et son rêve à lui’ Avoir une famille unie, avait-il répondu. Une phrase maintenant gravée sur l’épaule des s’urs en souvenir du défunt.

«Il serait content, parce que son rêve s’est réalisé, depuis sa mort, on est unies plus que jamais», souligne Jade.

Trois autres individus subiront prochainement leur procès pour meurtre prémédité dans cette affaire.

Peine pour adulte peu fréquente pour les jeunes

Au Québec, peu de jeunes meurtriers ont écopé d’une peine pour adultes. Cela s’explique avant tout par le nombre peu élevé de jeunes qui commettent des meurtres, ont noté des avocats.

«C’est assez exceptionnel, surtout si on regarde l’ensemble des meurtres commis sur le territoire», a dit Me Lucie Joncas, avocate de la défense en droit criminel.

«En effet, au Québec, peu de jeunes sont accusés d’avoir tué, mais il faut aussi dire qu’il y a quelques années nous avions déjà beaucoup misé sur la réhabilitation», a également souligné Me Isabel Schurman, avocate criminaliste.

Lorsqu’une personne mineure est reconnue coupable d’un crime grave comme un meurtre, le procureur de la Couronne peut demander que ce jeune soit assujetti à une peine pour adultes.

«C’est une mesure demandée lors de crimes graves, lorsque nous considérons que la peine spécifique prévue serait d’une durée insuffisante pour obliger l’adolescent à répondre de ses actes», a dit Me Jean-Pascal Boucher, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

D’autres jeunes meurtriers assujettis à une peine pour adulte

Kaven Sirois: C’est un des deux jeunes qui ont participé au triple meurtre de Trois-Rivières, en février 2014. Avec son complice, il avait fait irruption chez une jeune femme dont il était amoureux. Il l’a tuée en plus d’exécuter le copain et la s’ur de sa victime.

Cédric Bouchard: Complice de Kaven Sirois dans le triple meurtre de Trois-Rivières, en février 2014. Il n’avait que 17 ans lorsqu’il a commis les crimes. Il a écopé d’une peine d’emprisonnement à vie sans possibilité de libération avant 10 ans.

Alexandre Dionne: Il a froidement battu le pharmacien Gary Quenneville en février 2012 à Sainte-Adèle. Son complice et lui avaient prévu de ligo­ter l’homme de 60 ans pour le voler et de s’enfuir au Mexique.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire