Ségolène Royal salue l’accord Canada-États-Unis sur le méthane

Ségolène Royal salue l'accord Canada-États-Unis sur le méthane

La ministre française de l’Environnement Ségolène Royal a salué vendredi un accord américano-canadien sur le méthane, estimant que «le Canada est de retour» dans la lutte contre le changement climatique.

«Canada is back», a-t-elle lancé en anglais aux journalistes lors d’un point de presse au siège de l’ONU à New York, se réjouissant d’un «signe très fort».

«C’est formidable, c’est une très bonne nouvelle», a-t-elle déclaré, notant que «les changements politiques au Canada ont permis de changer complètement la dynamique».

La ministre française préside la conférence sur le climat de l’ONU (COP21).

A l’occasion d’une visite à Washington du nouveau Premier ministre Justin Trudeau, les États-Unis et le Canada ont annoncé jeudi un objectif commun de réduction de leurs émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier (de 40 à 45% d’ici 2025, par rapport au niveau de 2012).

Le méthane est un puissant gaz à effet de serre, vingt-cinq fois pire que le dioxyde de carbone (CO2).

Mme Royal a noté que cet objectif de réduction des émissions de méthane «n’avait pas été atteint pendant les négociations de l’accord de Paris».

«Nous avons besoin de l’engagement des États-Unis» pour atteindre les objectifs fixés par cet accord climatique conclu en décembre à Paris, a-t-elle souligné, jugeant l’engagement du président Barack Obama «total et courageux».

La ministre française a été reçue vendredi par le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon pour préparer la cérémonie de signature de l’accord de Paris, prévue le 22 avril à New York.

A cette date, le document sera ouvert à signature et il faudra ensuite que les pays le ratifient. Il doit entrer en vigueur quand 55 pays représentant 55% des émissions de gaz à effet de serre l’auront ratifié.

Il prévoit de contenir le réchauffement «bien en-deça de 2 degrés» par rapport à l’ère pré-industrielle.

La ministre française espère «entre 80 et 100 signatures» dès le 22 avril, «ce qui serait un succès formidable».

Il faudra ensuite que les pays appliquent leurs engagements nationaux de réduction des émissions. «Nous attendons d’eux qu’ils nous disent le 22 (avril) comment ils vont passer des discours aux actes».

Pour l’instant, trente-cinq chefs d’État ou de gouvernement, dont le président français François Hollande, ont répondu qu’ils seraient présents à la cérémonie à New York.

«Mais je suis sûre qu’ils seront plus nombreux», a ajouté Mme Royal qui s’est donné comme priorité de maintenir «la dynamique de l’accord de Paris».

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire