Session parlementaire houleuse à Québec

Session parlementaire houleuse à Québec

Des révélations-chocs

L’impact du Bureau d’enquête du Journal s’est fait sentir, Philippe Couillard s’étant retrouvé plusieurs fois sur la sellette à la suite de reportages-chocs publiés dans nos pages.

30 mars

Le Journal révèle que l’ex-ministre Marc-Yvan Côté, accusé de fraude, d’abus de confiance et de corruption, a participé à la campagne de Philippe Couillard lors de la course à la chefferie du Parti libéral du Québec, contrairement à ce que le parti a toujours prétendu.

25 avril

Le Journal révèle que le premier ministre Jean Charest et l’ancien grand argentier du Parti libéral Marc Bibeau font l’objet d’une enquête criminelle sur les liens entre le financement politique et l’octroi de contrats publics.

27 avril

Le Journal démontre que le financier du PLQ Marc Bibeau avait assez d’influence pour communiquer rapidement avec le cabinet du premier ministre afin de défendre sa réputation à l’Assemblée nationale. Il échangeait des courriels avec l’actuel chef de cabinet du premier ministre Jean-Louis Dufresne, Violette Trépanier et Hugo D’Amours.

16 mai

Le député et ex-ministre du Parti québécois Gaétan Lelièvre a sollicité et obtenu de nombreux avantages de la part d’une firme qui recevait des millions de dollars de contrats publics, alors qu’il était directeur général de la Ville de Gaspé. À la suite des révélations du Journal, M. Lelièvre a été exclu du caucus du Parti québécois.

31 mai

Alors que Marc-Yvan Côté était éclaboussé par des allégations de financement politique illégal en 2012, Philippe Couillard a tenu à consoler l’organisateur libéral, par courriel, en l’invitant à venir «relaxer» à son domicile au Lac-Saint-Jean.

La session parlementaire en 6 citations

25 janvier 2017

Photo d’archives, Simon Clark

« M. Paradis est confiant de retourner au travail dans les plus brefs délais, mais il est forcé au repos par ses médecins. »

Laurence Lemieux, adjointe de l’ex-ministre Pierre Paradis

Son cabinet a évoqué un accident d’équitation, mais le vétéran libéral était plutôt mis au rancart en raison d’une enquête policière sur des allégations de nature sexuelle. Exclu du caucus libéral, le député n’est toujours pas retourné à l’Assemblée nationale.

2 février

Photo d’archives, Simon Clark

« Les mots prononcés, les mots écrits ne sont pas anodins. À nous de les formuler, à nous de les choisir, car ces mots peuvent unir, peuvent guérir ou peuvent trancher, blesser. »

Philippe Couillard

Le premier ministre a fait cette remarque lors des funérailles de trois des six victimes de la tuerie perpétrée à la grande mosquée de Québec.

9 mars

Photo d’archives, Simon Clark

« Cette classe politique a trahi le Québec. Elle a toujours choisi ses amis les grandes entreprises, les firmes d’ingénieurs, les lobbys de médecins plutôt que le peuple du Québec. »

Gabriel Nadeau-Dubois

L’ancien leader étudiant annonçait sa candidature dans la circonscription de Gouin pour Québec solidaire.

15 mars

Photo d’archives, Simon Clark

« C’est de bonne heure le matin, j’entends très bien […] Je suis à un pied de vous autres. »

Le ministre des Transports, Laurent Lessard

Le ministre n’a pas apprécié le ton des journalistes à son arrivée à l’Assemblée nationale, mais il n’avait aucune réponse pour les 300 automobilistes qui avaient passé la nuit sur l’autoroute 13, à Montréal, à la suite d’une tempête de neige.

30 mars

Photo d’archives, Simon Clark

« Je me souviens peut-être l’avoir croisé une fois à son souper-bénéfice d’une rivière de pêche, mais c’est tout. Sinon, non. » ‘ Philippe Couillard

Le premier ministre indiquait en mars ne pas avoir eu davantage de rapports avec l’ancien organisateur Marc-Yvan Côté. Le Bureau d’enquête a révélé en mai que le premier ministre l’avait pourtant invité à séjourner dans sa maison à Saint-Félicien.

27 avril

Photo d’archives, Didier Debusschere

« On est des êtres humains. Ceux qui pensent avoir des carapaces : on n’a pas de carapace. On est fiers. »

Sam Hamad

L’ex-député libéral de Louis-Hébert annonçait son départ de la vie politique après 14 années de service.

5 lois qui ont été adoptées

La grève des juristes a chamboulé l’agenda législatif du gouvernement, mais quelques projets de loi ont tout de même été adoptés.

1. Loi concernant la vérification de l’identité des personnes incarcérées

La loi «Francis Boucher» a été adoptée après «l’évasion» gênante du fils de l’ancien chef des Hells Angels, qui, se faisant passer pour un autre détenu, avait été remis en liberté par erreur. Elle permet aux centres de détention de prendre les empreintes digitales des prisonniers sans leur consentement.

2. Loi sur la modernisation du régime d’autorisation environnementale et la réforme de la gouvernance du Fonds vert

Le gouvernement Couillard renforce la gestion du Fonds vert, plus d’un an après une série de révélations du Journal sur des projets douteux financés par celui-ci. Il simplifie aussi le régime d’autorisation environnementale.

3. Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité

Après avoir été accusé de renier sa promesse, le gouvernement Couillard a bonifié son projet de loi contre la maltraitance des aînés et a ajouté le signalement obligatoire de certaines situations de maltraitance.

4. Loi sur la gouvernance des ordres professionnels

Ce projet de loi a été adopté pour «lever les barrières» en matière d’emploi des immigrés avec des qualifications professionnelles. Elle vise à améliorer l’admission aux professions et la reconnaissance des compétences acquises hors Québec.

5. Loi sur l’autonomie municipale

Ce mastodonte législatif contient 256 articles et nécessitera la modification d’une quarantaine de lois. Il prévoit entre autres l’abolition des référendums citoyens et vise à reconnaître les municipalités comme des gouvernements de proximité et non plus des «créatures» de l’État québécois.

2 lois spéciales

Le gouvernement Couillard a mis fin à deux grèves avec des lois spéciales en moins de cinq mois.

En février, ce sont les juristes de l’État qui ont goûté à cette médecine, qui a mis fin au plus long conflit de travail de l’histoire de la fonction publique canadienne.
Le 30 mai, Québec a mis fin à la grève dans l’industrie privée de la construction. Il négocie toujours avec le syndicat des ingénieurs.

Plusieurs projets de loi attendus depuis longtemps prennent la poussière dans l’antichambre du pouvoir.

Le projet de loi qui interdit les chiens de type « pitbull ».
Le projet de loi qui force les policiers à porter leur uniforme et abandonner les pantalons de clown.
Le projet de loi sur les symboles religieux, une promesse électorale de Philippe Couillard.

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *