Six rounds pour mettre Stevenson K.-O.

Six rounds pour mettre Stevenson K.-O.

QUÉBEC – S’il a mis plus de temps que prévu pour arriver à Québec, Thomas Williams fils n’a pas l’intention de s’éterniser dans la Vieille Capitale, vendredi soir, puisqu’il assure qu’il passera le K.-O. à Adonis Stevenson, et ce, avant le sixième round.

L’Américain de 28 ans devait arriver en après-midi, lundi, mais un pépin mécanique avec un avion à l’aéroport international de Newark l’a forcé à retarder son arrivée de 24’heures.

Fraîchement débarqué à Québec mardi avant-midi, Williams fils (20-1-0, 14 K.-O.) n’a pas mis de temps à mettre la table pour le duel de vendredi au Centre Vidéotron qui, selon lui, sera celui où il ravira la ceinture mondiale des mi-lourds du World Boxing Council à Stevenson (27-1-0, 22 K.-O.).

«Ceux qui me connaissent savent que je suis très confiant. Cet affrontement n’atteindra pas le sixième assaut. Lors de mon dernier combat (face à Edwin Rodriguez), j’avais prédit un K.-O. au troisième round et je l’ai finalement réussi au deuxième. Cette fois, je prédis une mise hors de combat à la sixième reprise et c’est ce qui va se produire», a-t-il lancé.

Plusieurs estiment que Williams fils est le plus puissant cogneur que Stevenson ait eu devant lui dans sa carrière. L’Américain a d’ailleurs prouvé sa force de frappe contre Rodriguez, un boxeur qui était largement favori avant le combat et qui n’avait perdu qu’une seule fois auparavant, aux mains d’Andre Ward, l’un des meilleurs boxeurs livre pour livre au monde.

Williams et Rodriguez se sont livré une véritable bataille de rue qui, finalement, s’est soldée à l’avantage de Williams dès le deuxième assaut.

«Je pense qu’Adonis Stevenson connaît très bien ma force de frappe. J’ai lu certaines de ses déclarations dans les médias où il disait qu’il comptait utiliser sa mobilité pour se tenir loin de moi. Il faut écouter ce que les gens disent. Il ne le dit pas parce qu’il a un plan, il le dit car il sait ce qui l’attend vendredi soir», a émis celui qui croit que «Superman» a fait son temps comme champion.

«Je suis à mon apogée. Adonis a 38 ans, bientôt 39. Il a fait son argent et il est maintenant temps qu’il passe le flambeau à un jeune loup», a mentionné le pugiliste qui était accompagné de quatre membres de sa garde rapprochée, dont son entraîneur George Peterson, à l’aéroport mardi.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire