Stevenson-Kovalev, pas de combat

Stevenson-Kovalev, pas de combat

MONTRÉAL – Ceux qui souhaitaient assister à un affrontement d’unification entre les champions Adonis Stevenson et Sergey Kovalev devront faire leur deuil. Après des négociations intéressantes, le duel est finalement tombé à l’eau dans les dernières heures.

Ce n’est pas au niveau sportif que le projet a achoppé pour une deuxième fois, mais bien au niveau de la participation des réseaux de télévision dans cette aventure.

Kovalev est sous contrat avec HBO alors que Stevenson est associé aux chaînes de Premier Boxing Champions (PBC), dont Showtime. Pour que le combat voie le jour, les deux réseaux devaient accepter que leur protégé se produise devant les caméras de l’autre et vice versa.

Cette collaboration avait pourtant été possible lors du duel d’envergure entre Manny Pacquiao et Floyd Mayweather fils.

Le tout a connu son dénouement mardi soir après que le promoteur de Stevenson, Yvon Michel, a refusé la dernière offre de HBO qui lui avait fixé une date butoir.

«On se retrouve dans la même situation qu’il y a deux ans, a déploré la promotrice Kathy Duva. J’ai l’impression de vivre le jour de la marmotte dans ce dossier, car le résultat est toujours le même.»

«J’ai fini de perdre mon temps. Adonis Stevenson est seulement un boxeur qui tente de se servir de Sergey (Kovalev) pour obtenir de la publicité. Il peut continuer de défendre sa ceinture en ne prenant pas de risques.»

L’autre côté de la médaille

Pour sa part, Yvon Michel n’a pas tardé à répondre aux allégations de Duva.

«Adonis et moi voulions ce combat et je souhaitais en faire un méga succès, a-t-il souligné dans une entrevue téléphonique avec «le Journal de Montréal». Par contre, ce que Kathy ne dit pas, c’est qu’elle n’a jamais tenté de convaincre HBO de participer au projet alors que Showtime était prêt à embarquer.»

«Le clan Kovalev nous avait fait une très bonne offre, mais la nôtre était encore meilleure. On leur offrait notamment un partage des revenus à 50-50. C’est vraiment dommage que ça ne fonctionne pas et on ne comprend pas pourquoi ils l’ont refusé.»

La porte est toujours ouverte

Malgré cet autre échec des discussions avec Duva, Michel ne ferme pas la porte de façon définitive.

«Notre proposition demeure sur la table à condition que les deux boxeurs soient encore champions au moment de reprendre les négociations, a souligné le patron de GYM. En attendant, la vie continue et ça ne sert rien de blâmer quelqu’un pour cette situation. Ça fait partie de la business.»

Par contre, le temps commencera bientôt à jouer contre Stevenson qui est âgé de 38 ans. S’il veut être au sommet de son art au moment d’affronter Kovalev, il doit le faire le plus rapidement possible.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire