Stoneham et Lac-Delage devront mettre la main à la poche dit Labeaume

Stoneham et Lac-Delage devront mettre la main à la poche dit Labeaume

Le maire Labeaume a prévenu mercredi ses homologues de Stoneham et de Lac-Delage que leurs contribuables devront éponger une partie de la facture de 100 millions $ pour le raccordement de leurs égouts à ceux de Québec.

«Si jamais on paye ça, il va falloir qu’ils en paient une partie. Tu ne peux pas demander à tous les citoyens de Québec de payer la totalité de la facture sur quelque chose qu’ils n’ont pas provoqué. Il va falloir que Stoneham passe à la caisse», a soutenu le maire Labeaume, mercredi matin, en impromptu de presse.

Tout reste à discuter, a-t-il admis. Même la somme de 100 millions $, avancée lors du comité plénier de mardi soir, demeure à peaufiner. «C’est une première évaluation. J’espère qu’on pourra la raffiner et que ça coûtera moins cher», a-t-il fait remarquer. Le gouvernement du Québec peut-il défrayer une partie du montant’ «On va voir, a répondu le maire. Si on va chercher un programme gouvernemental pour faire ça, ça veut dire qu’on ne pourra pas utiliser cet argent-là pour d’autres choses à Québec. On est toujours perdants là dedans.»

Réactions

Appelé à réagir, le maire de Stoneham, Robert Miller, a soutenu que les maires concernés «devront s’asseoir» pour discuter du sujet. La rencontre voulue par le maire Labeaume avec le conseil municipal de Stoneham pourrait d’ailleurs avoir lieu dans la semaine du 15 février, a-t-il affirmé. En attendant «une solution à long terme», M. Miller a demandé au maire Labeaume de l’aider dans ses démarches auprès du ministère des Affaires municipales. Il tente d’obtenir du financement gouvernemental pour mettre sa propre usine de traitement des eaux aux normes.

Dominique Payette, mairesse de Lac-Delage, a répondu au Journal par courriel. «Tout ceci est encore bien flou», a-t-elle d’abord indiqué avant de poser une série de questions. «Où sont situées ces 5000 fosses septiques dont parle M. Labeaume’ Incluent-elles toutes celles qui sont sur le territoire de Québec le long des rives du lac Saint-Charles’», s’est-elle demandé.

Du côté de l’opposition à l’hôtel de ville, Paul Shoiry a soutenu qu’il serait «inacceptable» que les contribuables de Québec mettent la main à la poche. «Démocratie Québec dit: pollueur payeur. Chacun doit payer ses propres travaux et ses propres correctifs […] C’est pas aux citoyens de Québec de payer pour les autres», a-t-il insisté. M. Shoiry voit d’ailleurs dans cette affaire «le premier enjeu» de la prochaine campagne électorale municipale de l’automne 2017.

Émile Loranger, maire de L’Ancienne-Lorette, a rappelé que sa municipalité achetait son eau à Québec à même la facture d’agglomération. «Il faut protéger les sources d’eau et éviter les affrontements politiques», a-t-il signalé d’un ton conciliant.

 ‘ Avec la collaboration de Stéphanie Martin

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire