Stop Trump, des Américains expatriés à Londres se mobilisent

Stop Trump, des Américains expatriés à Londres se mobilisent

Johnny Cash, drapeaux étoilés, cookies et tracts «Stop Trump»: des Américains expatriés au Royaume-Uni ont sillonné mercredi les rues de Londres à bord d’un bus rouge pour convaincre leurs concitoyens de faire barrage au candidat républicain à la Maison Blanche.

Parti à la mi-journée de l’Université de Londres, le bus a rejoint plusieurs lieux emblématiques de la capitale britannique, comme la City ou le palais de Westminster, pour partir à la rencontre de ressortissants américains.

À son bord, une vingtaine de personnes scandant bruyamment des slogans anti-Trump, et notamment des militants du mouvement citoyen international Avaaz, à l’origine de cette opération.

À chaque arrêt, l’objectif est de trouver des Américains, ou des Londoniens connaissant des Américains, pour leur rappeler de s’inscrire sur les listes électorales et les inciter à voter contre le candidat républicain, qui affronte la démocrate Hillary Clinton dans la course à la Maison Blanche.

«Il y a environ huit millions» d’expatriés américains à travers le monde qui peuvent constituer un «swing state» (État clef), a expliqué à l’AFP Meredith Alexander, directrice de campagne d’Avaaz.

Et «nous avons de bonnes informations montrant que les Américains à l’étranger sont plus enclins à être progressistes», et donc à voter démocrate, a-t-elle ajouté.

Mais à condition qu’ils prennent part au scrutin: «malheureusement par le passé, (les expatriés) n’ont pas voté en nombre», a regretté Mme Alexander.

«Donald Trump est clairement une menace mondiale et il semble que l’élection va être serrée. Il est vital que nous nous mobilisions», a-t-elle dit.

Selon Avaaz, quelque 220 000 Américains résident au Royaume-Uni, dont Michael Dale, un professeur de droit de 70 ans, un des tous premiers clients du bus anti-Trump.

Après avoir discuté avec des militants, il a complété son inscription sur les listes électorales en utilisant une tablette et une application mises à disposition par l’ONG.

«Je vais voter pour Hillary Clinton. Je ne crois pas qu’il y a vraiment de choix. Je pense qu’elle est la plus qualifiée», a-t-il déclaré, tandis que les participants à l’opération distribuaient tracts et cookies sur fond de musique américaine.

Des opérations similaires doivent également être lancées cette semaine à Mexico et Berlin, a indiqué Avaaz.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *