Surdose mortelle dans un CHLSD, l’infirmière avait 175 patients à sa charge

Surdose mortelle dans un CHLSD, l'infirmière avait 175 patients à sa charge

QUÉBEC Une infirmière qui a administré une surdose de médicament mortelle dans un CHSLD n’a pas été blâmée par la coroner chargée d’enquêter sur son cas. La responsable de l’enquête pointe plutôt la surcharge de travail.

Le soir fatidique du 21 septembre 2015, l’infirmière qui avait la charge de René Bélanger, un homme lourdement handicapé de 50 ans, devait s’occuper d’un total de 175 patients à elle seule, au CHSLD Saint-Augustin de Beauport, à Québec.

Bien qu’elle avait 19 infirmières auxiliaires et préposés sous ses ordres, l’infirmière était la seule autorisée à évaluer les patients et à modifier un traitement. Dans ces conditions, il était inévitable que des erreurs se produisent, a écrit la coroner Mélanie Laberge.

La coroner a conseillé au CHSLD de diminuer le ratio de patients par infirmière et d’offrir des formations sur le calcul des doses de médicaments.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, soutient que le Québec est sur la bonne voie en ce qui a trait aux ratios.

«Les chiffres montrent qu’on est à l’intérieur des ratios. Manifestement, il y a un centre hospitalier qui ne l’est pas. Il fait partie de ceux où l’organisation du travail a été mal faite.

Selon le ministre, le problème est plutôt lié à l’organisation. «Combien de fois vous ai-je dit qu’au Québec il y a des endroits où ça fonctionne très bien et il y a des endroits où ça fonctionne moins bien», a ajouté le ministre Barrette.

Du côté du CIUSSS de la Capitale-Nationale, on assure que le ratio est d’une infirmière pour 100 patients.

Toutefois, la Fédération des infirmières du Québec insiste sur le fait que les coupes dans le système de santé ont d’importantes répercussions sur les soins aux patients.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire