Tchador, Couillard défend l’égalité homme femme

Tchador, Couillard défend l'égalité homme femme

Le premier ministre Philippe Couillard invoque le principe d’égalité entre les hommes et les femmes pour défendre le port du tchador.

Le chef libéral accuse François Legault de «paternalisme» parce qu’il refuse qu’on enseigne aux enfants vêtu de ce long voile noir qui couvre tout le corps des femmes à l’exception de l’ovale du visage.

«Le principe de l’égalité homme femme suppose également qu’on reconnaît aux femmes de décider comment elles s’habillent, a déploré mardi M. Couillard. Quel paternalisme! Les femmes de toutes origines sont capables de prendre des décisions. L’essence même de l’égalité, c’est d’être libre, libre de prendre les décisions qu’on a à prendre tous les matins quand on choisit comment on s’habille pour aller travailler!»

Le premier ministre estime que les partis d’opposition sèment inutilement la division entre les communautés. «Il n’y a pas de déferlante tchador au Québec, a-t-il insisté. Il n’y a pas aucune femme au Québec portant le tchador dans les services publics.»

En 2014, peu avant les élections générales, Philippe Couillard s’était pourtant positionné en faveur de l’interdiction du tchador chez les employés de l’État, lui a rappelé son adversaire péquiste, Jean-François Lisée.

Modifications’

Talonné par le Parti québécois, le premier ministre a laissé entendre que des modifications pourraient tout de même être apportées au projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l’État.

À l’heure actuelle, le texte prévoit que les services doivent être donnés et reçus à visage découvert, mais laisse la porte ouverte à un accommodement pour contourner la règle. Une mollesse qui irrite même certains députés libéraux, qui ne savent plus comment défendre le projet de la ministre Stéphanie Vallée auprès de leurs électeurs.

«Il y aura poursuite des débats à l’Assemblée et éventuellement adoption du projet de loi, qui fera en sorte d’indiquer clairement que, sans exception religieuse, effectivement, il n’y aura pas de service public donné ou reçu à visage découvert», a convenu Philippe Couillard mardi à l’Assemblée nationale.

Pour l’opposition, si on ne colmate pas cette brèche, le projet de loi 62 est inutile. «Le projet de loi tel quel, c’est du faux-semblant, c’est de la poudre aux yeux. En fait, s’il n’y avait aucun amendement, ce serait pire que la situation actuelle, parce que le projet de loi, tel que rédigé, il inscrit, dans la loi, le principe de l’accommodement religieux pour se cacher le visage», peste M. Lisée.

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire