Trois ans pour un chauffard ivre qui roulait en sens inverse

Trois ans pour un chauffard ivre qui roulait en sens inverse

Un chauffard qui avait blessé cinq personnes en conduisant complètement saoul en sens inverse sur l’autoroute 15 passera les trois prochaines années en prison, pour ensuite être déporté.

«La vie [des victimes] a changé pour le pire, ç’a été traumatisant pour elles», n’a pas hésité à dire la juge Lori Renée Weitzman, avant de condamner le chauffard, jeudi au palais de justice de Montréal.

Edgar Orfini Rivera Salazar, un Montréalais de 33 ans, n’a pas pensé aux conséquences de ses gestes lorsqu’il a pris le volant en novembre 2012.

Son taux d’alcoolémie était de .334, ce qui est plus de quatre fois supérieur à la limite permise par la loi. Et pire encore, il avait emprunté, avec sa Toyota Echo, l’autoroute 15, mais en sens inverse.

Au lieu de s’arrêter, Rivera Salazar a continué son chemin, jusqu’à ce qu’il percute de plein fouet une voiture qui conduisait dans le bon sens.

«Il n’y a eu aucune trace de freinage avant l’impact», a fait remarquer la magistrate­­.

Toutes les victimes, quatre femmes et un homme dans la vingtaine, ont été blessées.

Elles ont subi des fractures, certaines ont eu des dents cassées, et elles souffrent encore de l’impact extrêmement violent.

«Les événements ont remué la vie de tous ceux et celles qui étaient dans le véhicule», a expliqué Me Alexandre Gautier de la Couronne.

L’accusé avait lui aussi été blessé. Il a encore des difficultés à dormir et il ne peut pas rester dans une même position pendant plus de 15 minutes.

«Il regrette beaucoup ce qui s’est passé, a assuré Me Gracinda Morais Fernandes qui le représente. Il est conscient que sa vie et celles des victimes ont changé, il a surestimé sa capacité à conduire.»

Mais les ennuis de Rivera Salazar, qui travaillait comme cuisinier dans un restaurant, ne s’arrêteront pas avec la fin de sa peine de pénitencier. Comme il est résident permanent au Canada, il sera ensuite déporté­­.

Mais en attendant qu’il quitte le pays, ce père de deux enfants s’est aussi vu interdire de conduire pour une période de trois ans.

L’accusé, debout devant la juge, n’a pas dit un mot avant de prendre le chemin­­ des cellules.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire