Uber partira si les chauffeurs doivent louer des permis

Uber partira si les chauffeurs doivent louer des permis

Uber dit qu’elle quittera le Québec si le gouvernement Couillard va de l’avant avec son projet d’obliger les chauffeurs UberX à louer des permis pour travailler.

«C’est sûr qu’on est inquiets par rapport à ce qu’on entend de Québec et on veut aller chercher plus de détails, mais si on nous impose des barrières comme ça, on ne pourra pas opérer et on va devoir cesser nos opérations», a avoué hier le directeur d’Uber Québec, Jean-Nicolas Guillemette.

Celui-ci réagissait aux révélations récentes de La Presse+ voulant que le ministre des Transports compte obliger les chauffeurs qui utilisent UberX à acheter des «banques d’heures» pour travailler en toute légalité.

Rappelons que cette application, débarquée à Montréal à la fin de 2014, permet à tout automobiliste d’offrir des courses payantes, souvent à un prix moins élevé qu’un voyage en taxi.

«Notre modèle est basé sur la flexibilité de nos chauffeurs qui peuvent embarquer quand ils veulent dans leur voiture pour pallier les besoins de transport des Montréalais. Si on leur impose une barrière à l’entrée, ça ne fonctionne plus», a expliqué M. Guillemette, bien conscient que c’est l’avenir de l’entreprise au Québec qui se joue en ce moment.

Deux services, deux solutions

Selon le DG, il faut arrêter de voir Uber comme un compétiteur direct aux taxis, mais plutôt comme service complémentaire qui nécessite un encadrement différent.

Il propose notamment de s’inspirer d’Edmonton, Ottawa et Toronto, où l’entreprise a établi des règlements différents pour Uber et les taxis. L’entreprise doit notamment payer un permis d’opération et exige ensuite des frais de 0,06 $ à 0,20 $ par course qui seront redonnés à la municipalité.

«Quand tu parles aux chauffeurs de taxi, ils disent eux-mêmes que leur modèle ne fonctionne pas. Ils doivent payer 600 $ pour acheter ou louer un permis par semaine avant même de commencer à travailler. Si ce système ne marche pas, pourquoi est-ce qu’on essaye de l’imposer aux autres’» s’est questionné M. Guillemette.

La Ville de Calgary est parmi l’une de celles que Uber a quittées après que l’administration ait commencé à exiger une licence annuelle de 220 $ aux chauffeurs d’UberX, en plus de 30 $ en vérifications des antécédents criminels de la part des policiers.

L’entreprise serait d’ailleurs ouverte jusqu’à un certain degré à changer sa structure fiscale si les gouvernements provinciaux et fédéraux leur font la demande. Plusieurs personnes reprochent à l’entreprise de faire de l’évitement fiscal grâce à des filiales aux Bahamas et aux Pays-Bas.

«Dans l’industrie du taxi, on parle d’un manque à gagner de 72 M$ en taxes impayées, mais personne n’en parle. Le but n’est pas de dire que parce qu’ils n’en payent pas assez, on ne le fera pas, mais est-ce qu’on peut revoir les règles au complet pour trouver des solutions pour tout le monde’» a résumé M. Guillemette.

La Coalition avenir Québec a dénoncé hier le fait que le gouvernement libéral ne semble pas avoir l’intention d’adopter un projet de loi pour encadrer le service d’Uber avant la fin de la présente session parlementaire.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire