Ukraine Moscou dénonce les sanctions Canadiens

Ukraine Moscou dénonce les sanctions Canadiens

Russie a dénoncé samedi la nouvelle sanctions américaines et canadiennes pour son rôle dans la crise ukrainienne accueillis par contraste Kiev se prépare pour les pourparlers de paix avec les séparatistes pro-russes ‘Est de .

Moscou a accusé samedi les États-Unis et le Canada d’attiser le conflit en Ukraine avec leurs nouvelles sanctions contre les intérêts russes au moment où Kiev et les séparatistes prorusses peinent à relancer les pourparlers de paix.

«Les sanctions visent à perturber le processus politique» en Ukraine, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères jugeant que Washington et Ottawa soutenaient ainsi «le parti de la guerre à Kiev».

Les pourparlers à Minsk entre Kiev et les séparatistes avec la participation de la Russie et de l’OSCE ont été à maintes reprises reportés malgré la pression occidentale sur Kiev et Moscou pour avancer dans le règlement d’un conflit qui a fait plus de 4700 morts depuis la mi-avril.

Le président Petro Porochenko qui avait affirmé cette semaine que la rencontre de Minsk se tiendrait dimanche a convoqué pour 14H00 GMT samedi le Conseil de sécurité nationale, mais ce sujet ne semble pas figurer à l’ordre du jour.

Selon un porte-parole militaire ukrainien Volodymyr Poliovyï le Conseil sera consacré «à l’approvisionnement de l’armée ukrainienne» dans la zone du conflit.

«La date (de Minsk) n’a pas été établie», a-t-il poursuivi au cours d’un point de presse.

L’un des dirigeants séparatistes, Denis Pouchiline s’est pour sa part dit favorable à la date de dimanche. «La date du 21 décembre nous arrange tout à fait», a-t-il dit cité sur un site séparatiste.

Le principal point d’achoppement est la demande des séparatistes que Kiev reprenne le financement des zones rebelles coupé à la mi-novembre. Kiev exige en revanche que soient annulés les résultats du vote séparatiste dans les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk le 2 novembre, qui à ses yeux ont sapé les accords de paix du 5 septembre conclus à Minsk.

En visite à Kiev vendredi, le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a estimé que tout devait être fait pour que les pourparlers de Minsk reprennent, si possible dimanche.

Soutien à l’Ukraine

Affaiblie depuis l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par de lourdes sanctions occidentales qui aggravent la crise monétaire, la Russie a été frappée vendredi par de nouvelles sanctions américaines et canadiennes.

«Nous saluons ces sanctions. Cela témoigne du soutien à l’Ukraine de la part de ces pays», a commenté samedi à l’AFP le porte-parole de la diplomatie ukrainienne Evguen Perebyïnis.

Les États-Unis ont interdit tous les échanges commerciaux en direction ou en provenance de la Crimée, a précisé le président Barack Obama au lendemain de sanctions similaires prises par l’Union européenne.

Il a appelé la Russie à «cesser son occupation de la Crimée» et «son soutien aux séparatistes dans l’est de l’Ukraine».

Accusée par Kiev et les Occidentaux d’armer la rébellion prorusse dans l’est de l’Ukraine et d’y avoir déployé des troupes, la Russie dément toute implication dans le conflit.

Le président Vladimir Poutine a déclaré jeudi que les soldats russes présents en Ukraine suivaient «l’appel de leur conscience».

Le Canada sanctionne la Russie

Après avoir démenti dans un premier temps l’occupation de la Crimée par les forces russes avant son annexion, M. Poutine a remercié vendredi «la direction du ministère de la Défense et les effectifs pour leur courage et professionnalisme lors des évènements en Crimée».

Le Canada, de son côté, a imposé vendredi des restrictions à l’exportation vers la Russie de technologies liées à l’exploration et l’extraction du pétrole en Arctique et en eau profonde, ainsi que du pétrole de schiste. Ottawa a également interdit de l’entrée sur son territoire une vingtaine de responsables politiques russes et séparatistes ukrainiens.

Le premier ministre Stephen Harper a estimé que «le régime de Poutine avait en permanence violé l’intégrité territoriale de l’Ukraine» en ajoutant que le Canada «n’acceptera pas l’occupation illégale de la Crimée».

La Crimée a pour sa part accueilli samedi le ministre zimbabwéen de l’Environnement Savior Kasukuwere, premier responsable étranger à visiter la péninsule après l’annexion, a rapporté l’agence publique russe Ria Novosti.

Faisant référence aux sanctions occidentales frappant le Zimbabwe depuis plus de 14 ans, M. Kasukuwere a assuré que cela ne faisait que consolider l’unité du peuple, selon la même source.

Aussi sur Canoe.ca

Cliquez sur «J’aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire