Un accord coûteux

Un accord coûteux

Le 12 décembre dernier, le monde s’engageait à réduire considérablement les émissions de CO2 pour limiter le réchauffement de la planète. Mais cette entente est aussi une affaire d’argent alors qu’on estime les coûts en billions de dollars.

Le 12 décembre, les nations se sont engagées à limiter le réchauffement planétaire à 1,5 degré d’ici 85 ans.

En plus de réduire leurs émissions de CO2 dès 2020, les pays riches, dont le Canada, verseront 100 milliards aux plus pauvres pour effectuer la transition vers une économie plus verte.

Toutefois, pour le regroupement des climato-réalistes, il s’agit «de l’arnaque scientifique du siècle».

Reynald Duberger, géologue et sismologue à la retraite, fait partie de la coalition des climato-réalistes, qui nie le phénomène du réchauffement.

«L’homme est responsable de façon insignifiante d’un réchauffement climatique quelconque. Le climat a changé par le passé, il change présentement et il changera dans le futur. C’est les lois de la nature», de dire M. Duberger.

À Paris, les Américains ont chiffré le passage à une économie plus verte.

«Qu’on parle d’un marché qui pourrait être évalué aux alentours de 50 billions de dollars au cours des 35 prochaines années. C’est la grande transformation de l’économie mondiale», d’affirmer Laurent Fabius, président de COP21. 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire