Un champ qui ont permis aux Carabins connaissent

Un champ qui ont permis aux Carabins connaissent

Pendant six jours consécutifs, les Blues ont pratiqué des jeux dans des situations spécifiques et le résultat voulu leur entraîneur Danny Maciocia.

MONTRÉAL – Le camp hivernal tenu la semaine passée au Collège Saint-Jean-Vianney en fut un de rodage chez les Carabins de l’Université de Montréal (UdeM), qui ont pu établir une chimie entre tous, tout en préparant déjà certaines stratégies.

Pendant six jours consécutifs, les Bleus ont pratiqué certains jeux dans des situations précises et le résultat a plu à leur entraîneur-chef Danny Maciocia.

«Avec des entraînements comme ceux-là, tu veux avant tout revenir à la base, obtenir des réponses. Nous avons de nouveaux joueurs et nous devons nous donner une nouvelle identité, a-t-il affirmé. Je pense que le mot-clé est volonté: on doit continuer de travailler fort et il y a une cohésion qui s’installe entre les vétérans et les jeunes. Il faut également afficher une bonne attitude.»

De son côté, le quart-arrière Gabriel Cousineau a aimé ce qu’il a vu.

«Je suis assez satisfait, car même avec notre victoire en 2014, rien n’est acquis, a-t-il précisé. Les nouveaux sont rentrés dans le moule assez vite; ils savaient dans quoi ils s’embarquaient en arrivant à l’UdeM! On a tous eu beaucoup de plaisir sur le terrain et maintenant, il suffit de réapprendre le livre. Ça commence ce printemps!»

Présent sur place malgré l’incertitude entourant son avenir professionnel, le secondeur Byron Archambault se dit optimiste quant à la campagne 2015 des Carabins.

«Pendant les dernières années, on a développé de la profondeur à certaines positions et je ne suis pas inquiet pour la suite, a-t-il émis. En plus, Gabriel a été très solide dernièrement. Il y a du leadership autant en offensive qu’en défense et on doit continuer de faire les petites choses qui font la différence, tout en restant fort mentalement.»

Un athlète plus mature

Au plan personnel, Cousineau était enthousiaste à l’idée de participer à son dernier camp du genre. Il admet que sa perception des choses a bien changé depuis sa première participation.

«Au début, j’étais très nerveux, mais mon approche s’est modifiée et je suis désormais heureux de pouvoir aider les plus jeunes, a expliqué le numéro 4. Je veux aussi appuyer notre défensive qui risque de perdre quelques morceaux importants, dont Byron, et essayer de répéter ce qu’on a accompli l’an dernier.»

Aussi, ça s’annonce bien dans son cas, à en juger par l’évaluation de son instructeur.

«Il a connu son meilleur camp depuis qu’il est avec nous, a mentionné Maciocia. Je m’attends encore à de grandes performances. Il est jeune et calme. Même en ayant les yeux fermés, il serait capable d’aller au bon endroit avec le ballon!

«Ses succès de 2014 vont l’aider, car il s’est souvent retrouvé dans des situations où il devait convertir des jeux pour nous donner une chance de gagner.»

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire