Un congrès sous tension pour le taxi

Un congrès sous tension pour le taxi

Au plus fort de la lutte contre UBER et le transport illégal, l’industrie du taxi est actuellement en congrès provincial, qui pourrait bien s’avérer être celui «de la dernière chance».

Le responsable des communications du Comité provincial de concertation et de développement de l’industrie du taxi (CPCDIT) l’admet d’emblée, les membres sont soucieux de l’avenir. «On n’a jamais eu un congrès avec autant de membres. L’industrie est vraiment mobilisée», explique Félix Tremblay.

INDUSTRIE ESSOUFFLÉE

Toutefois ces nombreux membres sont à bout de souffle de leur combat contre UBER. En attente du dépôt final du projet de loi 100, les responsables commencent à taper du pied. «La session parlementaire se termine dans à peu près 10 jours. On ne pourra pas attendre un autre six mois», rappelle M. Tremblay.

Le congrès arrive à un bon moment pour l’industrie qui pourra y présenter des pistes de solutions après un an de gestion de crise. «On ne veut pas se mettre la tête dans le sable, on veut innover. Parce que si on ne le fait pas, il n’y aura pas de deuxième chance», fait remarquer le responsable des communications du CPCDIT.

L’industrie doit tirer des leçons de cette saga d’après le responsable. «Si un autre concurrent arrive, qu’il n’a pas la maladresse et l’arrogance de UBER et qu’en plus il accepte de payer ses impôts et ses taxes, je doute que la population nous donne une autre chance si on ne s’est pas modernisé.»

MODERNISATION EN TÊTE

Cette modernisation du taxi sera donc la grande tête d’affiche du congrès annuel qui s’est mis en branle du côté de Victoriaville. «On a des gens qui vont venir nous parler de l’importance d’une industrie flexible, qui s’ajuste à sa clientèle. On ne peut plus s’asseoir sur nos lauriers», souligne Félix Tremblay.

Ce dernier insiste aussi sur le fait que le contexte des deux dernières années a pu avoir pour effet de retarder le progrès. «C’est difficile d’investir sur une application mobile par exemple, quand tu ne sais pas ce qui va arriver avec UBER, quand tu ne sais pas si tu vas encore travailler dans deux semaines», note le représentant de l’industrie, qui prévoit des propositions audacieuses au terme du congrès.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire