Un détenu veut venger le meurtre de son fils

Un détenu veut venger le meurtre de son fils

Du fond de sa cellule de prison, un père a juré de venger la mort de son fils de 20 ans tué le 26 décembre à Montréal.

Le père du jeune Joey Grace promet de retrouver ceux qui ont criblé son fils de balles.

«Ce message est pour les pussy qui ont assassiné mon fils… jamais je vais arrêter de vous tracker…» affirme sur Facebook Eddy Grace qui purge, depuis la mi-décembre, une peine pour extorsion.

Le père semble croire que le meurtre commis tôt le lendemain de Noël est l »uvre des Crack Down Posse, un gang qui prête allégeance aux Bleus et qui s’active depuis des années dans le secteur Saint-Michel, où la victime a été retrouvée.

Le 26 décembre vers 0 h 40, des témoins ont entendu des coups de feu, le corps de Joey Grace a été retrouvé peu après à l’intersection de la 13e Avenue et de la rue Louvain.

«Mon fils allait chez un ami, il marchait et il textait à tout le monde Joyeux Noël’. Tout en marchant, vous les crapules avez décidé de vous promener dans les rues la nuit de Noël pour assassiner», affirme Eddy Grace, toujours sur Facebook.

La section des homicides qui mène l’enquête jongle avec l’idée que le meurtre de Grace ait été perpétré en riposte aux règlements de comptes sanglants survenus dans le milieu des gangs de rues au tout début de la période des Fêtes.

«Ça m’étonne!» lance l’avocat criminaliste Gary Martin qui a brièvement défendu le jeune homme pour une affaire de possession de 0,05 gramme de marijuana pour laquelle la justice a finalement laissé tomber les accusations.

«Ça ne correspond pas du tout au profil de ce jeune homme que j’ai défendu.»

Même son de cloche chez Josée Goulet, l’avocate qui a défendu le père de la victime. «Je ne pense pas que son fils soit membre de gangs», affirme-t-elle.

Selon nos informations, le jeune Joey qui fréquentait des membres de gangs de rue n’était pas promis à une carrière criminelle d’envergure, loin de là.

Les nombreux messages de sympathies suivant son décès le dépeignent plutôt comme un petit voyou au c’ur tendre.

Chose certaine, le meurtre du jeune homme qui venait tout juste d’avoir 20 ans risque fort de ne pas rester impuni.

Joey Grace gravitait dans un entourage qui a la réputation d’avoir d’importants contacts dans les milieux interlopes montréalais. «Méchante erreur que vous avez faite. Vous auriez dû rester à la maison ce soir-là pour continuer à jouer avec vos coquerelles…», lance le père de la jeune victime. «Je ne vis que pour que justice soit faite parce que mon fils ferait la même chose», conclut-il

Le SPVM demande à toute personne qui possède de l’information sur des individus ou des voitures suspectes ayant été aperçus près des lieux du crime de contacter Info-Crime au 514-393-1133.

Avec la collaboration de Sarah Sanchez

Règlements de compte en série

Alexandre Tremblay, 22 ans, a été atteint à la tête par un tireur en voiture dans le quartier Saint-Michel, à l’angle des rues D’Iberville et Villeray. C’est sa mère qui l’a retrouvé ensanglanté sur le trottoir, tout près de chez elle. Le jeune homme, connu des policiers, a succombé à ses blessures deux jours plus tard.

Vers 14 h, la police a retrouvé un homme de 18 ans blessé par balle à la jambe, sur la 19e Avenue près du boulevard Rosemont. Une heure plus tard et tout près de là, au coin de la 13e Avenue et de la rue Jean-Rivard dans Saint-Michel, un homme de 22 ans a été atteint d’un projectile au haut du corps. La vie des deux victimes ne serait pas en danger.

Le soir de cette même journée, deux hommes ont été blessés quand leur voiture, qui circulait sur l’autoroute 520 Est, a été la cible de tirs.

Des coups de feu ont été tirés sur un automobiliste sur l’autoroute 15 en direction sud, à Laval. Le conducteur n’a pas été blessé.

Joey Grace, 20 ans, est assassiné à l’intersection de la 13e Avenue et de la rue Louvain Est, à Saint-Michel.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire