Un ex-pasteur admet avoir agressé trois adolescentes

Un ex-pasteur admet avoir agressé trois adolescentes

Arrêté en août 2015 après une cavale de huit ans, un ancien pasteur pentecôtiste de Lévis a admis lundi avoir agressé sexuellement trois adolescentes qui se trouvaient sous son autorité.

Les faits reprochés à Dale John William Peck se sont déroulés entre 2002 et 2006 à Lévis, lorsque l’homme officiait comme pasteur au Centre du Plein Évangile de la Rive-Sud.

L’homme de 57 ans a écouté le résumé fait par la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Sonia Lapointe, avant d’être déclaré coupable par le juge Alain Morand.

Sous forme de jeu

«L’une des victimes a mentionné aux policiers que la présence de l’accusé se faisait sentir partout dans sa vie, autant au niveau de l’église que dans sa famille ou encore à l’école», a mentionné la procureure.

«Il la touchait aux cuisses ou encore lui flattait les jambes en disant qu’elles étaient douces. Dans le cadre de jeux, il lui caressait également les fesses, les hanches ou les seins et il a déjà détaché le maillot de la jeune fille alors qu’il jouait à Marco Polo», a ajouté la procureure.

Une autre adolescente a raconté s’être déjà endormie sur le sofa de l’accusé avant d’être réveillée par l’accusé qui lui caressait les seins sous ses vêtements.

Une autre a fait savoir, dans le cadre de sa déclaration, qu’il lui avait déjà flatté les jambes avant de se diriger vers ses parties génitales.

Rapport

Comme l’ancien pasteur n’a pas d’antécédent judiciaire et qu’au surplus il était une figure d’autorité pour les enfants, Me Lapointe a suggéré au tribunal qu’il serait bon qu’un rapport présentenciel soit produit.

L’avocate de Peck, Me Élise Gravel a toutefois mentionné qu’à la suite de son arrestation, son client avait entrepris une thérapie avec un psychologue sexologue et qu’elle s’engageait, d’ici la mi-novembre, à fournir le rapport du médecin à la cour.

Une fois ce rapport transmis, la poursuite pourra prendre position, à savoir si elle demande toujours un rapport prédécisionnel.

Dale Peck, qui est en liberté, reviendra devant le tribunal à cette date, et c’est également à ce moment que sera fixé l’échéancier pour les représentations sur la peine.

Rappelons que le 1er août 2015, Peck avait été intercepté en Colombie-Britannique par l’Agence des services frontaliers du Canada alors qu’il effectuait son retour au pays après huit années passées à Hong Kong.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire