Un fils d’espions russes retrouve sa citoyenneté canadienne

Un fils d'espions russes retrouve sa citoyenneté canadienne

Un fils d’anciens espions russes ayant vécu au Canada a retrouvé sa citoyenneté canadienne à l’issue d’une longue bataille en justice, selon des documents judiciaires consultés vendredi.

Alexander Vavilov (Alexander Foley de son nom de naissance) est né au Canada il y a 23 ans et ses parents, Donald Heathfield et Tracey Foley, font partie des dix espions russes qui ont été expulsés des États-Unis en 2011.

Le couple vivait à Toronto lorsque Alexander Vavilov est né en 1994 mais a dû quitter le pays pour la France l’année suivante, avant de finalement s’installer aux États-Unis.

La vie de l’adolescent a basculé en 2010, lorsque des policiers du FBI ont fait irruption à son domicile de la région de Boston pour arrêter ses parents. Ces derniers reconnaissent alors leur réelle identité, Andrey Bezrukov et Elena Vavilova.

Selon un procès-verbal, le jeune Vavilov n’était pas au courant que ses parents étaient en réalité des agents russes. Il a toutefois été forcé de finir son lycée en Russie.

Deuxième tournant en 2014, lorsqu’il fait une demande de passeport canadien, qui coïncidait par ailleurs avec le moment où il a changé de nom. Ottawa décide alors de lui retirer sa citoyenneté, se retranchant derrière le fait que ses parents travaillaient à l’époque pour un gouvernement étranger.

Revirement de situation 

Une décision qui vient d’être cassée par une Cour d’appel fédérale, renversant ainsi celle d’une juridiction inférieure qui avait donné raison au gouvernement.

Selon la Cour d’appel, les parents ne disposaient pas des privilèges diplomatiques et les règles en vigueur pour la famille des diplomates ne s’appliquent donc pas dans son cas.

En justice, Alexander Vavilov a juré s’être «toujours considéré Canadien». «C’est la seule culture à laquelle je peux m’identifier et (le Canada) est la pierre angulaire de mon identité, même après ses évènements», assure-t-il.

Son grand-frère Timothy, dans la même situation, a lui aussi engagé une procédure judiciaire.

Si le gouvernement canadien continue d’estimer que la citoyenneté doit être refusée à Alexander Vavilov, il lui faudra désormais se tourner vers la Cour suprême.

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire