Un maniaque sexuel demeure détenu

Un maniaque sexuel demeure détenu

Un pédophile de Québec ayant une «importante problématique sexuelle» s’est vu refuser toute libération en raison de son risque «très élevé» de s’en prendre à des fillettes de 8 à 14 ans.

Dans un rapport peu reluisant de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC), Yvon St-Amand, 56 ans, de Beauport, s’est vu interdire toute libération en vertu d’une ordonnance «exceptionnelle» de maintien en incarcération. En juillet 2014, alors qu’il était en probation, le pédophile avait agressé une fillette de huit ans.

St-Amand avait profité de la crédulité de la mère de la fillette qui avait accepté de l’héberger chez lui malgré son lourd passé d’agresseur. Bien qu’il ait nié avoir agressé sa victime à plusieurs reprises, les sous-vêtements de celle-ci avaient pourtant été retrouvés dans son lit.

En 2013, St-Amand avait d’abord été accusé de voyeurisme et de harcèlement pour avoir pris en photo une adolescente de 14 ans qui passait des Publi-Sacs. Il avait été arrêté en possession d’un sac du parfait agresseur contenant de la Vaseline, des gants de latex ainsi que des cassettes contenant des cris de jouissance.

À la suite de son arrestation, sa conjointe avait aussi porté plainte contre lui pour agression armée et agression sexuelle. Son parcours criminel avait toutefois commencé à la fin des années 1980, alors qu’il avait agressé sa nièce de huit ans pendant plusieurs années.

Diagnostiqué d’une «intelligence limite», St-Amand rejette pourtant «en bloc» les faits qui lui sont reprochés et se dit plutôt «victime d’un complot». Il rejette plutôt le blâme sur ses victimes, tandis que son empathie est «inexistante», selon la CLCC.

L’individu, «fortement carencé» affiche aussi une «hostilité envers la gent féminine», se montrant «dénigrant» lorsqu’il est question d’elle. Il ne cache également pas son excitation lorsqu’il décrit «des contacts sexuels avec violence sur une fillette d’âge prépubère».

Devant ces «pronostics sombres» et le risque de récidive sexuelle «très élevé» contre une clientèle vulnérable, la Commission des libérations conditionnelles a donc ordonné le maintien en incarcération d’Yvon St-Amand. Le cas du délinquant sera réévalué dans un an.

Chronologie

Agression sexuelle contre une fillette de 8 ans

Harcèlement et voyeurisme à l’endroit d’une adolescente de 14 ans

Menace de mort, agression armée et agression sexuelle contre sa conjointe

2004

1999

Agression sexuelle contre la fille d’un ami âgée de 8 à 9 ans

Agression sexuelle contre sa nièce âgée de 8 à 14 ans

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire