Un tempérament colérique

Un tempérament colérique

La copine d’Alex Galchenyuk était reconnue pour son tempérament colérique du temps où elle travaillait comme danseuse nue dans un bar de Montréal.

«La première chose que je me suis dite quand j’ai lu cette histoire dans Le Journal, c’est que ça ne m’étonnait tellement pas d’elle», dit Jean-François Messier, gérant du bar de danseuses montréalais Les Amazones depuis 12 ans.

Chanel Leszczynski est la copine du joueur de hockey Alex Galchenyuk. L’ex-danseuse de 27 ans a fait les manchettes hier lorsqu’on a appris qu’elle avait trouvé deux femmes tout habillées dans le lit de son copain le week-end dernier. Elle aurait piqué une sainte colère, au point où elle a été arrêtée pour avoir asséné un coup de poing en plein visage à l’attaquant du Canadien.

«Elle était violente, a raconté anonymement au site web 25Stanley.com hier une jeune femme qui serait l’une de celles trouvées dans le lit. Alex est entré dans la chambre parce qu’il a entendu qu’elle nous frappait et nous criait des insultes. On est sorties et pendant qu’on sortait, c’est là qu’on a vu qu’elle lui a donné au moins deux bons coups de poing.»

Une beauté rare

Le gérant Jean-François Messier a fait travailler Chanel Leszczynski entre 2008 et 2010 dans le bar de danseuses bien connu de Montréal.

Jean-François Messier

Photo courtoisie

Jean-François Messier

«C’était une beauté parmi les beautés, avec beaucoup de charisme aussi. Mais elle avait tout un tempérament, se souvient-il. Elle n’était pas méchante, pas avec moi en tout cas, mais elle avait un problème d’attitude.»

En 2010, une altercation avec une autre danseuse l’a incité à faire comprendre à la jeune femme qu’il n’y avait plus de place pour elle dans le bar. Hier, des clients du cabaret érotique se souvenaient encore d’elle.

Pas la faute des autres

Ironiquement, le dernier soir où elle a travaillé aux Amazones, c’est l’autre fille qui l’aurait cognée, selon le gérant.

«Ça faisait plusieurs altercations que j’avais avec elle. À un moment donné, ça ne peut pas toujours être la faute des autres filles.»

Chanel Leszczynski en a vu d’autres. Depuis 2010, elle a été accusée de voies de fait ayant causé des lésions, d’avoir omis de se conformer à des conditions, ainsi qu’à deux reprises de conduite avec les facultés affaiblies.

Dans tous les cas, soit la jeune femme a été acquittée, soit les procédures contre elle ont été arrêtées.

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *