Un verdict nul mais le premier rang pour le Canada

Un verdict nul mais le premier rang pour le Canada

MONTRÉAL – La formation canadienne a assuré sa place en huitième de finale grâce à un verdict nul de 1-1 contre les Pays-Bas, lundi, lors de son dernier match de la phase préliminaire de la Coupe du monde de soccer féminin, devant 45 420 spectateurs présents au Stade olympique.

L’équipe de l’unifolié a terminé au sommet du groupe A, puisque la Chine et la Nouvelle-Zélande n’ont pu faire de maître en soirée. Elle commencera l’étape des affrontements à élimination directe dimanche au BC Place de Vancouver contre l’un des quatre meilleurs troisièmes de la compétition.

Malgré un temps de possession inférieur à 50 %, les Canadiennes ont longtemps tenu bon grâce à une défense alerte et physique. Ashley Lawrence a lancé le Canada en avant tôt et celui-ci a fermé la porte jusqu’à la 87e minute, quand Kirsten van de Ven a compté peu après que le dégagement de Carmelina Moscato eut été bloqué.

«On a cinq points, on en voulait sept, mais on s’en va sur la côte ouest et c’était notre plan, a déclaré le pilote John Herdman. On s’est compliqué la tâche et il faudra s’ajuster, car les matchs seront de plus en difficiles. Quand on mène 1-0 avec 15 minutes à faire, on doit gagner. Mais au moins, on n’aura pas à composer avec les effets du décalage horaire.»

L’entraîneur a eu de bons mots pour la foule montréalaise.

«L’atmosphère était incroyable! Nos jeunes ont eu la chance d’exceller et d’acquérir de l’expérience. Les filles ont tout fait pour les gens ici.»

Dur accueil pour la visite

Avec un billet pour la ronde des 16 à l’enjeu, les favorites de la foule ont menacé rapidement les «Oranje» grâce à de belles incursions de Lawrence. Or, ce beau travail a rapporté à la 10e minute, peu après un coup franc.

Sophie Schmidt s’est bien avancée au centre du territoire avant de décocher un tir qui a été dévié par Stefanie van der Gragt. La trajectoire du ballon a surpris tout le monde, sauf Lawrence qui a aussitôt battu la gardienne Loes Geurts à l’aide d’une puissante frappe basse du pied gauche.

Pour celle ayant célébré son 20e anniversaire de naissance jeudi dernier, il s’agissait d’un premier but sur la scène internationale. Elle est devenue la troisième plus jeune marqueuse de l’histoire du tournoi.

«Je suis honorée de cela, surtout que je suis fière de jouer pour mon pays, a-t-elle commenté. John nous disait d’avancer plus et c’est ce qu’on a fait, ce qui m’a permis de marquer. (…) Maintenant, on pourra mieux se préparer, car on retournera dans l’Ouest.»

«On a atteint notre plein potentiel, mais pas pour 90 minutes, a ajouté Christine Sinclair. Il n’y a pas d’excuse pour le but concédé sur une descente à trois contre un. Il faut apprendre de nos erreurs. (…) Par contre, on pourra se reposer un peu en regardant les autres clubs s’épuiser.»

La défense veille au grain

À l’autre bout de la surface, les Néerlandaises ont bénéficié de quelques opportunités, les Canadiennes leur remettant le ballon trop souvent au milieu du terrain. Néanmoins, Erin McLeod n’a pas eu à se surpasser: elle n’a d’ailleurs pas fait un seul arrêt lors de l’engagement initial.

Discrète mais efficace, la Québécoise Josée Bélanger a par ailleurs livré une performance sans tache comme défenseuse latérale droite. Étant très à l’aise à cette position, elle a été à l’origine d’une belle poussée de Sinclair et de Schmidt tard en première demie. Cependant, elle a écopé d’un carton jaune à la seconde période.

Par ailleurs, Rhian Wilkinson a joué ses premières minutes du Mondial en fin de match. L’athlète de Pointe-Claire a remplacé Schmidt, qui avait chuté lourdement près des lignes de côté.

«Je ne suis pas totalement satisfaite, a-t-elle dit, prenant une part de responsabilité sur le filet égalisateur. Les attaquantes adverses sont parmi les plus rapides au monde et je n’ai pu me replier à temps. Maintenant, il faut oublier ça et se concentrer sur la suite.»

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire