Une disparition inquiétante

Une disparition inquiétante

À deux semaines de Noël, les proches de Jean-François Fortier demandent l’aide de la population pour retrouver ce quinquagénaire diabétique de Lévis qui a disparu sans laisser de traces il y a plus de trois semaines.

Sa fille unique, Stéphanie, espère qu’une nouvelle piste pourra aider les enquêteurs de Lévis à retrouver son père, dont la disparition est des plus mystérieuses. «C’est ça qui est le plus difficile, avant Noël. Il n’y a jamais de bons moments, mais…», laisse tomber Stéphanie, qui vit de terribles heures d’angoisse.

L’homme de 57 ans a quitté sa résidence de Charny vers 17 h 30, le dimanche 15 novembre. Il a parlé brièvement à sa fille ce jour-là. «Il m’a dit qu’il allait me rappeler. Il semblait préoccupé, mais sans plus», confie la jeune femme.

Il devait partir passer la semaine à Mont-Laurier pour le travail. Mais il n’est jamais arrivé à destination. «Il avait des rendez-vous dans l’après-midi du 16 novembre. Il ne s’est pas présenté», ajoute Stéphanie.

À l’exception d’un retrait frôlant 1000 $ effectué au guichet d’un commerce de Saint-Nicolas vers 3 h dans la nuit du 15 au 16 novembre, il n’y a aucune trace de M. Fortier.

«Aucune activité cellulaire, aucune activité bancaire. Nous n’avons aucune certitude de l’endroit où il peut se trouver», poursuit-elle.

Afin d’éclaircir les circonstances de la disparition de son père, Stéphanie espère trouver la voiture de celui-ci. «Si on la retrouve, on va savoir quelle direction il a prise. L’enquêteur dit que l’on retrouve les gens dans un certain périmètre de l’endroit où se trouve l’auto», fait-elle remarquer.

Elle s’inquiète énormément pour son père, qui doit s’injecter de l’insuline au quotidien pour traiter son diabète. «On craint vraiment pour sa vie. Ce n’est pas juste quelqu’un en santé qui ne donne pas de nouvelles, c’est quelqu’un qui a besoin d’une médication, et, là, il n’en a pas», explique Stéphanie.

Elle rejette l’idée que son père ait pu mettre fin à ses jours sans laisser d’explications sur sa disparition. «On est très proches et il est très proche de ses petits-enfants. Il ne m’aurait pas laissé comme ça, sachant surtout que je suis enceinte», souffle-t-elle.

À la police de Lévis, on indique que l’enquête n’a rien découvert de nouveau. «On espère que la population va pouvoir nous aider. Les enquêteurs travaillent toujours activement là-dessus», mentionne le porte-parole Patrick Martel.

L’AVEZ-VOUS VU

Jean-François Fortier, 57 ans

Disparu depuis le lundi 16 novembre, secteur de Saint-Nicolas, Lévis
1,83 m ( 6 pieds )
90 kg ( 200 livres )
Tatouage au bas du dos
Race blanche
Cheveux gris
M. Fortier devait se rendre dans la région de Montréal pour travailler, mais n’est jamais arrivé là-bas
Il portait un coupe-vent noir et beige et une veste sans manches
Il conduit un véhicule Chevrolet Cobalt, quatre portes, bleu foncé, immatriculé G55 KAE
Le véhicule a sur le côté gauche de la valise arrière deux autocollants en forme de ruban ( l’un de couleur rose et l’autre, vert camouflage )
 

Une fille éplorée

« On est conscient que plus ça s’éternise, moins ON A De chances de le retrouver en bon état, en santé. Mais au moins, ce serait d’avoir des réponses à nos questions »

« Il y en a tellement, des disparitions. Ça ne suscite pas assez d’intérêt. Il y en a qui touchent plus. Une jeune fille, ça va toucher plus qu’un homme de 60 ans »

« Je suis en informatique. J’ai fait appel à des collègues pour retracer ou localiser son cellulaire ou pour le rallumer »

‘ Stéphanie Fortier, fille de Jean-François Fortier

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire