Une vie entre deux océans, tomber amoureux devant la caméra

Une vie entre deux océans, tomber amoureux devant la caméra

Dans ce long métrage de Derek Cianfrance (Blue Valentine: Une histoire d’amour ou Au-delà des pins), Michael Fassbender et Alicia Vikander incarnent deux amoureux aux prises avec un destin poignant… et c’est sur le tournage de ce drame que les deux acteurs sont devenus un couple.

Tom Sherbourne (Michael Fassbender), soldat revenu traumatisé de la Première Guerre mondiale, accepte un emploi de gardien de phare sur Janus Rock, une île isolée. Par hasard, il fait la connaissance d’Isabel Graysmark (Alicia Vikander), qui a perdu ses deux frères à la guerre. Ils tombent amoureux, se marient et décident de vivre totalement à l’écart de la civilisation. Un jour, une embarcation s’échoue sur l’île et ils y trouvent un nourrisson qu’ils décident d’élever comme leur propre enfant, puisqu’Isabel a fait deux fausses couches. Deux ans plus tard, la réalité les rattrape quand Tom, Isabel et la fillette, Lucy, effectuent un séjour en ville, et y rencontrent, Hannah (Rachel Weisz), la mère biologique de Lucy.

«C’est un film sur l’amour et les relations humaines, sur la vie, sur les secrets que les gens gardent et sur ce qui se produit quand ils sont découverts et étalés au grand jour», a expliqué Derek Cianfrance, auteur du scénario de cette adaptation du roman du même nom. Le cinéaste n’a d’ailleurs pas caché avoir pleuré lors de sa lecture du livre de l’auteure M.L. Stedman dans le métro de New York. «Au cours des années, j’ai d’ailleurs vu quantité de lecteurs pleurer en public en lisant le roman. Cela confirme le fait qu’il s’agit ici d’une histoire universelle et profondément humaine.»

L’art de retrancher…

Adapter un roman au grand écran n’est pas chose facile et Derek Cianfrance a dû se faire violence à plusieurs reprises. «Dans toute adaptation, je crois que le plus grand défi est celui de décider de ce qu’il ne faut pas mettre. C’est comme la sculpture. Une fois qu’on est à l’aise avec ce processus, il devient une source d’inspiration. On parvient alors à prendre certains moments et certains thèmes qu’on aime particulièrement dans le roman et on peut ensuite les explorer plus avant, les étendre. C’est à ce moment-là que le tout devient vraiment vivant.»

«Il y a des différences essentielles entre le cinéma et la littérature. L’une d’elles est la mesure du temps. Il faut impérativement que le rythme ne soit pas le même et que les secrets et les révélations soient distillés de manière dissemblable», a-t-il ajouté. Il en veut pour exemple le moment où Tom et Isabel découvrent le secret des origines de la fillette qu’ils ont informellement adopté. «Dans le livre, ils l’apprennent au même moment. Mais dans le film, Tom en a conscience le premier et on le voit donc porter, seul, le poids de ce secret.»

Immédiatement, Derek Cianfrance a pensé à Michael Fassbender, 39 ans, pour incarner Tom et ce, pour plusieurs raisons. «Cela fait des années que je suis fasciné et hypnotisé par la présence de Michael à l’écran. […] Avec ce personnage, je voulais voir son c’ur. Je voulais qu’il mette son âme et sa vulnérabilité à l’écran et je voulais voir le combat entre son c’ur et sa tête.»

Car Tom, en choisissant de laisser Isabel garder la fillette échouée sur l’île et de la faire passer pour sienne, va à l’encontre de sa moralité et de ses principes. «D’abord et avant tout, «Une vie entre deux océans» est une histoire d’amour, a indiqué Michael Fassbender. Ensuite, c’est une histoire incroyablement humaine sur les choix effectués et leurs conséquences, que ces choix soient bons ou mauvais. Et ici, ils ont à la fois des conséquences heureuses et malheureuses.»

«C’est aussi un film qui aborde la manière dont nous effectuons ces choix et les répercussions de ceux-ci sur les autres. C’est également un film sur le pardon et sur le fait qu’on pose généralement de mauvais gestes en pensant bien faire. C’est ce que j’ai aimé de l’histoire, tout le monde est vrai et tous les personnages sont, au fond, des gens bien.»

Un tournage peu commun

Désireux d’immerger ses deux acteurs principaux dans leurs rôles, Derek Cianfrance a pris la décision de les couper du monde pendant le tournage d’Une vie entre deux océans en 2014.

Pendant plusieurs semaines, Alicia Vikander et Michael Fassbender ont vécu dans des roulottes près du phare situé sur une île en Nouvelle-Zélande. Pas de chambre d’hôtel, pas de communication avec l’extérieur.

L’acteur, nommé aux Oscars pour son rôle dans Steve Jobs, a ainsi vécu selon la routine de Tom, son personnage, nettoyant les vitres du phare, se faisant cuire des ufs et du bacon… et trayant même une chèvre!

Pour Alicia Vikander, le réalisateur a décidé de ne pas lui montrer l’île avant de faire tourner sa caméra. Arrivée la veille au soir, après le coucher du soleil, costumée et maquillée le matin dans un endroit sans fenêtres, l’actrice a ainsi vu les somptueux paysages devant les objectifs de Derek Cianfrance, moments qui sont immortalisés dans le montage final de Une vie entre deux océans.

«Je n’avais jamais tourné un film de cette manière, a souligné l’actrice de 27 ans. J’avais entendu parler de la façon de travailler de Derek et je suis une grande admiratrice de Blue Valentine: Une histoire d’amour et de Au-delà des pins, j’avais aussi parlé avec des personnes qui ont travaillé avec lui avant le début du tournage. Il parvient à créer un équilibre et un espace afin que nous existions à l’intérieur de cet univers.»

«Nous vivions littéralement à 20 secondes de la maison de Tom et Isabel. Les changements de costumes et de maquillage se faisaient dans une petite cabane dans le jardin. Derek avait demandé à ce que les décors soient construits afin que nous puissions vivre dedans!», a-t-elle ajouté.

Michael Fassbender, Alicia Vikander et Rachel Weisz ont tous pleuré après avoir lu Une vie entre deux océans, le livre a d’ailleurs passé de nombreuses semaines en première place du palmarès du New York Times et a été traduit dans pas moins de 35 langues.

Ainsi que l’a dit Rachel Weisz, «je crois que le film est l’une des adaptations les plus fidèles que j’ai vues. Je n’ai d’ailleurs rencontré personne qui n’ait versé toutes les larmes de son corps après avoir lu le scénario! C’est une histoire incroyablement émouvante qui touche à des émotions très brutes.»

Une vie entre deux océans est présenté dans les salles du Québec depuis le 2 septembre.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Une vie entre deux océans, tomber amoureux devant la caméra

Une vie entre deux océans, tomber amoureux devant la caméra

Dans ce long métrage de Derek Cianfrance (Blue Valentine: Une histoire d’amour ou Au-delà des pins), Michael Fassbender et Alicia Vikander incarnent deux amoureux aux prises avec un destin poignant… et c’est sur le tournage de ce drame que les deux acteurs sont devenus un couple.

Tom Sherbourne (Michael Fassbender), soldat revenu traumatisé de la Première Guerre mondiale, accepte un emploi de gardien de phare sur Janus Rock, une île isolée. Par hasard, il fait la connaissance d’Isabel Graysmark (Alicia Vikander), qui a perdu ses deux frères à la guerre. Ils tombent amoureux, se marient et décident de vivre totalement à l’écart de la civilisation. Un jour, une embarcation s’échoue sur l’île et ils y trouvent un nourrisson qu’ils décident d’élever comme leur propre enfant, puisqu’Isabel a fait deux fausses couches. Deux ans plus tard, la réalité les rattrape quand Tom, Isabel et la fillette, Lucy, effectuent un séjour en ville, et y rencontrent, Hannah (Rachel Weisz), la mère biologique de Lucy.

«C’est un film sur l’amour et les relations humaines, sur la vie, sur les secrets que les gens gardent et sur ce qui se produit quand ils sont découverts et étalés au grand jour», a expliqué Derek Cianfrance, auteur du scénario de cette adaptation du roman du même nom. Le cinéaste n’a d’ailleurs pas caché avoir pleuré lors de sa lecture du livre de l’auteure M.L. Stedman dans le métro de New York. «Au cours des années, j’ai d’ailleurs vu quantité de lecteurs pleurer en public en lisant le roman. Cela confirme le fait qu’il s’agit ici d’une histoire universelle et profondément humaine.»

L’art de retrancher…

Adapter un roman au grand écran n’est pas chose facile et Derek Cianfrance a dû se faire violence à plusieurs reprises. «Dans toute adaptation, je crois que le plus grand défi est celui de décider de ce qu’il ne faut pas mettre. C’est comme la sculpture. Une fois qu’on est à l’aise avec ce processus, il devient une source d’inspiration. On parvient alors à prendre certains moments et certains thèmes qu’on aime particulièrement dans le roman et on peut ensuite les explorer plus avant, les étendre. C’est à ce moment-là que le tout devient vraiment vivant.»

«Il y a des différences essentielles entre le cinéma et la littérature. L’une d’elles est la mesure du temps. Il faut impérativement que le rythme ne soit pas le même et que les secrets et les révélations soient distillés de manière dissemblable», a-t-il ajouté. Il en veut pour exemple le moment où Tom et Isabel découvrent le secret des origines de la fillette qu’ils ont informellement adopté. «Dans le livre, ils l’apprennent au même moment. Mais dans le film, Tom en a conscience le premier et on le voit donc porter, seul, le poids de ce secret.»

Immédiatement, Derek Cianfrance a pensé à Michael Fassbender, 39 ans, pour incarner Tom et ce, pour plusieurs raisons. «Cela fait des années que je suis fasciné et hypnotisé par la présence de Michael à l’écran. […] Avec ce personnage, je voulais voir son c’ur. Je voulais qu’il mette son âme et sa vulnérabilité à l’écran et je voulais voir le combat entre son c’ur et sa tête.»

Car Tom, en choisissant de laisser Isabel garder la fillette échouée sur l’île et de la faire passer pour sienne, va à l’encontre de sa moralité et de ses principes. «D’abord et avant tout, «Une vie entre deux océans» est une histoire d’amour, a indiqué Michael Fassbender. Ensuite, c’est une histoire incroyablement humaine sur les choix effectués et leurs conséquences, que ces choix soient bons ou mauvais. Et ici, ils ont à la fois des conséquences heureuses et malheureuses.»

«C’est aussi un film qui aborde la manière dont nous effectuons ces choix et les répercussions de ceux-ci sur les autres. C’est également un film sur le pardon et sur le fait qu’on pose généralement de mauvais gestes en pensant bien faire. C’est ce que j’ai aimé de l’histoire, tout le monde est vrai et tous les personnages sont, au fond, des gens bien.»

Un tournage peu commun

Désireux d’immerger ses deux acteurs principaux dans leurs rôles, Derek Cianfrance a pris la décision de les couper du monde pendant le tournage d’Une vie entre deux océans en 2014.

Pendant plusieurs semaines, Alicia Vikander et Michael Fassbender ont vécu dans des roulottes près du phare situé sur une île en Nouvelle-Zélande. Pas de chambre d’hôtel, pas de communication avec l’extérieur.

L’acteur, nommé aux Oscars pour son rôle dans Steve Jobs, a ainsi vécu selon la routine de Tom, son personnage, nettoyant les vitres du phare, se faisant cuire des ufs et du bacon… et trayant même une chèvre!

Pour Alicia Vikander, le réalisateur a décidé de ne pas lui montrer l’île avant de faire tourner sa caméra. Arrivée la veille au soir, après le coucher du soleil, costumée et maquillée le matin dans un endroit sans fenêtres, l’actrice a ainsi vu les somptueux paysages devant les objectifs de Derek Cianfrance, moments qui sont immortalisés dans le montage final de Une vie entre deux océans.

«Je n’avais jamais tourné un film de cette manière, a souligné l’actrice de 27 ans. J’avais entendu parler de la façon de travailler de Derek et je suis une grande admiratrice de Blue Valentine: Une histoire d’amour et de Au-delà des pins, j’avais aussi parlé avec des personnes qui ont travaillé avec lui avant le début du tournage. Il parvient à créer un équilibre et un espace afin que nous existions à l’intérieur de cet univers.»

«Nous vivions littéralement à 20 secondes de la maison de Tom et Isabel. Les changements de costumes et de maquillage se faisaient dans une petite cabane dans le jardin. Derek avait demandé à ce que les décors soient construits afin que nous puissions vivre dedans!», a-t-elle ajouté.

Michael Fassbender, Alicia Vikander et Rachel Weisz ont tous pleuré après avoir lu Une vie entre deux océans, le livre a d’ailleurs passé de nombreuses semaines en première place du palmarès du New York Times et a été traduit dans pas moins de 35 langues.

Ainsi que l’a dit Rachel Weisz, «je crois que le film est l’une des adaptations les plus fidèles que j’ai vues. Je n’ai d’ailleurs rencontré personne qui n’ait versé toutes les larmes de son corps après avoir lu le scénario! C’est une histoire incroyablement émouvante qui touche à des émotions très brutes.»

Une vie entre deux océans est présenté dans les salles du Québec depuis le 2 septembre.

Laisser un commentaire