Vague d’embauche d’ingénieurs à Québec, 4 à 5 fois plus de chantiers dans les prochaines années

Vague d'embauche d'ingénieurs à Québec, 4 à 5 fois plus de chantiers dans les prochaines années

La manne d’Ottawa pour les infrastructures et le projet de SRB forcent la Ville de Québec à procéder à l’embauche d’une trentaine de professionnels à l’interne en vue d’une hausse considérable du nombre de chantiers dans les prochaines années.

La moyenne annuelle de chantiers pourrait quadrupler, voire quintupler pour la période 2018 à 2025, passant de 200 à un nombre «oscillant entre 800 et 1 000 chantiers par année», apprend-on dans un sommaire du comité exécutif de la Ville de Québec, mis en ligne jeudi.

Le document confirme la création de 28 postes permanents de professionnels, essentiellement des ingénieurs et des techniciens en génie civil, en plus d’un poste d’arpenteur, d’agent de bureau et de technicien en administration. Cette vague d’embauche gonflera les effectifs du Service de l’ingénierie de 21%.

De 2006 à 2015, cette division a vu son nombre d’employés chuter de 14%, passant de 164 à 144 employés. La Ville entend donc regarnir son expertise à l’interne en prévision d’un volume de travaux annuel moyen qui passera de 125 M$ à 227 M$ avec l’adoption du prochain Plan triennal d’immobilisations. Ce montant grimpera à 250 M$ dès 2018.

La Ville de Québec veut profiter à fond de la phase 1 du nouveau programme de subventions FEPTEU (Fonds sur l’eau potable et le traitement des eaux usées) d’Ottawa. L’Entente Canada-Québec pour cette première phase, signée en juillet dernier, prévoit le versement de 363,8 M$ à la province de Québec. La Ville prévoit aussi à plus long terme ses besoins en personnel pour une future phase 2.

«Dans ce contexte, les travaux d’ingénierie qui sont requis sur les réseaux de voirie, d’aqueduc et d’égout pour le projet SRB (Service rapide par bus) jumelés aux travaux de réfection des réseaux admissibles à la phase 2 du programme FEPTEU nécessiteront que le Service de l’ingénierie réalise un volume moyen de travaux estimé à 250 M$», peut-on lire.

Étiquettes :

Laisser un commentaire