Val-d’Or, QS demande une enquête publique

Val-d'Or, QS demande une enquête publique

Les militants de Québec solidaire (QS) réunis en congrès national accentuent la pression pour une enquête indépendante sur le racisme systémique contre les peuples autochtones à la suite de la conclusion de l’enquête sur les agressions alléguées à Val-d’Or.

La députée Manon Massé accepte la décision du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) de ne porter aucune accusation contre les policiers de Val-d’Or visés par l’affaire. Ce qu’elle accepte moins, c’est que des élus refusent de voir le problème de racisme systémique envers les autochtones du Québec.

Faire la lumière

«Le DPCP et l’observatrice externe l’ont dit: il y a du racisme systémique envers les peuples des Premières Nations. Ça fait un an qu’on répète qu’il est grand temps de faire la lumière sur les relations entre les Premières Nations et les services policiers et juridiques. L’enquête publique indépendante est maintenant un incontournable», clame la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques.

Pointe de l’iceberg

Les élus et militants de Québec solidaire estiment que le problème va bien au-delà de Val-d’Or. «Val-d’Or n’était que la pointe de l’iceberg. Le DPCP nous dit que les questions de discrimination systémique ne sont pas leur job, donc il y a des gens qui doivent faire leur travail», affirme Mme Massé, lançant la balle dans le camp fédéral pour la mise sur pied d’une commission d’enquête.

Ces discussions du Conseil national sur les questions autochtones ont eu tôt fait de bifurquer sur l’élection de Donald Trump alors que le sujet chaud de l’inclusion était sur la table.

«L’élection américaine doit nous enseigner que lorsqu’on attise les différences […] ça exclut», explique Mme Massé.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire