Valérie Poulin Collins sortira de prison le 28 février

Valérie Poulin Collins sortira de prison le 28 février

La femme qui avait enlevé un nouveau-né alors qu’elle était déguisée en infirmière à l’hôpital de Trois-Rivières entamera une deuxième tentative de thérapie dès sa sortie de prison dans un mois.

Valérie Poulin Collins était de retour devant le tribunal de Trois-Rivières mercredi matin pour préparer sa sortie de la prison Tanguay, le 28 février prochain.

Une maison de thérapie, le Pavillon de l’Assuétude de Shawinigan, a accepté de la prendre sous son aile pour traiter son trouble de personnalité limite et sa dépendance à l’alcool et aux médicaments. Elle devra y rester 24 heures par jour pendant trois mois.

Poulin Collins sera de retour devant le Tribunal au mois de mai pour faire le bilan.

Le juge Jacques Trudel estime qu’après une première tentative ratée, il est temps de prendre la balle au bond.

«C’est une offre fort intéressante pour vous», a-t-il dit en regardant l’accusée.

La première libération conditionnelle de Valérie Poulin Collins avait été révoquée en octobre dernier après une tentative de thérapie à la Maison Carignan de Trois-Rivières. Elle avait été expulsée pour ne pas avoir respecté certains règlements de la maison.

L’accusée est brièvement revenue sur cet épisode mercredi matin, dans le box des accusés.

«C’est difficile parce que ce sont des changements drastiques. Ça a été déstabilisant. Je ne voulais pas de thérapie confrontation, mais je me suis fait confronter devant les autres résidents», a-t-elle dit.

Son avocate, Karine Buissière, espère que les médias et la population se feront discrets à l’endroit de sa cliente.

«Quand madame est arrivée à Carignan, les médias l’attendaient dehors… J’espère que ça se passera mieux à l’Assuétude. C’est une femme qui a besoin de se reconstruire», a-t-elle mentionné.

L’avocate de la Couronne, Marie-Ève Paquet, laisse la chance au coureur.

«Si elle ne finit pas cette thérapie, elle sera de retour en cour…», a-t-elle indiqué.

Le 26 mai 2014, Valérie Poulin-Collins s’était déguisée en infirmière pour enlever un poupon né 24 heures plus tôt à l’hôpital de Trois-Rivières. Après une alerte AMBER, la petite Victoria avait été retrouvée saine et sauve. Quatre jeunes avaient prévenu les policiers après avoir reconnu la suspecte sur les réseaux sociaux.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire