Ville de Montréal plus de 10.000 employés sans contrat

Ville de Montréal  plus de 10.000 employés sans contrat

Plus de la moitié des employés municipaux groupes syndicaux de l ‘ de la ville de Montréal ont été sans un contrat pour une période de dix mois à cinq ans.

Plus de la moitié des groupes d’employés municipaux syndiqués de la Ville de Montréal sont sans contrat de travail depuis une période qui varie de dix mois à cinq ans.

Au total, ce sont 10 495 employés municipaux de Montréal, sur les 24 386 syndiqués, qui ont vu leur convention collective arriver à échéance au cours des cinq dernières années.

Ce sont les professionnels scientifiques, qui regroupent 399 travailleurs, notamment des ingénieurs municipaux, dont les négociations sont en cours depuis le plus longtemps, soit l’année 2011.

«Ça ne progresse pas, a indiqué André Émond, vice-président du Syndicat professionnel des scientifiques à pratique exclusive de Montréal. On ne sent pas qu’il y a une volonté de régler les choses. On a entamé un processus avec un conciliateur, mais ça ne fonctionne pas, la Ville a reporté les rencontres.»

Malgré un mandat de grève voté en mai dernier, ces employés pensaient arriver à une entente avec la Ville.

«Le mandat est là et on l’appliquera au moment le plus opportun», a dit M. Émond.

Suivent les 8226 cols blancs et les 37 architectes municipaux, dont la convention collective a pris fin le 31 décembre 2011.

À ce nombre s’ajoutent, depuis janvier 2014, 1766 professionnels, qui travaillent dans des disciplines variées telles que l’urbanisme et le développement économique.

Bien que les syndicats se plaignent de la lenteur du processus, la Ville indique que des négociations sont en cours avec les différents groupes d’employés touchés.

Projet de loi 3

La difficulté des négociations pourrait s’expliquer par l’attente du projet de loi 3 sur les régimes de retraite du côté, croient certains experts.

«Ce n’est pas rare que ça prenne du temps, estime Michel Grant, professeur associé aux relations de travail à l’Université du Québec à Montréal. Ça peut arriver que ça s’étendent sur plus d’une année, mais actuellement, toute l’attention, autant de la part de l’administration municipale que des syndicats, est mise sur le projet de loi 3.»

La Ville reconnaît que les négociations sont souvent longues et complexes.

«Actuellement, le syndicat des cols bleus, celui des juristes et partiellement le syndicat des professionnels, ont signé des ententes prévoyant une modification à leur régime de retraite, a indiqué le porte-parole de la Ville Gonzalo Nunez. Suivant ces exemples, la Ville demande aussi aux autres syndicats de participer au mouvement visant à assurer la pérennité des régimes de retraite.»

Groupe d’employés/ Date de la fin de la convention /Nombre d’employés

Scientifiques à pratique exclusive (ingénieurs, arpenteurs-géomètres, etc) 2010-12-31/ 399

Architectes 2011-12-31 /37

Cols blancs 2011-12-31/ 8226

Contremaîtres* 2014-01-31 /67

Professionnels 2014-01-31 /1766

Policiers 2014-12-31/ 4592

Brigadiers scolaires 2015-12-31 /601

Cols bleus 2017-12-31/ 5363

Professionnels (avocats, notaires, etc) 2017-12-31/ 112

Pompiers 2017-12-31/ 2223

* Depuis 2001, tous les nouveaux contremaîtres de la Ville sont non syndiqués. Le groupe de contremaîtres syndiqués est donc voué à disparaître.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire